Championnats Le 8 Ultime - Masculin

Le 8 Ultime - Masculin

Série des champions: le basketball Smart, la dynastie de Carleton

Dylan Konecny

Une saison de basketball est remplie de hauts et de bas. Les tirs réussis et les tirs manqués vont et viennent, mais une chose restera toujours: les liens qui unissent les coéquipiers au cours de l'année durant laquelle ils visent leurs objectifs. Certaines équipes ont la chance que de gagner un seul championnat, ce qui rend l’exploit de l’équipe masculine de basketball des Ravens de Carleton vraiment remarquable.   

Pendant la dernière décennie et demie, les Ravens ont été totalement dominants. Treize des 15 derniers championnats nationaux appartiennent à Carleton, y compris les sept derniers consécutifs, égalant un record pour les titres consécutifs établi par les Vikes de Victoria de 1980 à 1986. « Que nous gagnions ou perdions, vous devez vouloir le combat et gagner », a déclaré l’ailier de cinquième année des Ravens, Ryan Ejim.  « Beaucoup de gars ne font qu’espérer gagner sans vouloir la bataille qui vient avec. Pour nous, il est important que les coéquipiers à vos côtés respectent le combat que vous donnez et de savoir que vous serez là les uns pour les autres peu importe la victoire ou la défaite. »

La saison 2017 a été mémorable pour la puissance canadienne qu’est Carleton, alors qu’elle a terminé l'année de la même façon qu'elle l’a fait 12 fois auparavant, comme récipiendaire du Trophée W.P. McGee décerné à l’équipe championne du Canada. Les Ravens ont traversé la saison régulière 2016-17 avec une fiche parfaite de 19-0, devançant considérablement leurs adversaires avec une marge de 1 748-1 114. L’attaque des Ravens a cumulé 100 points à six occasions différentes, avec le plus gros pointage lors de la victoire de 114-50 contre les  Lions de York.

C’était la septième fois de l'histoire du programme que l'équipe terminait la saison régulière sans défaite. Même s'ils ont enregistré une fiche parfaite, la campagne n’a pas été sans embuches, comme se le rappelle Kaza Kajani-Keane. «C'était le milieu de la saison et nous commencions à tout prendre pour acquis, et parfois, nous ne performions pas au niveau dont nous étions capable, » déclare le vétéran de cinquième année. « (Notre entraîneur David Smart) ... veut toujours que les gars s'améliorent... c'était vraiment stressant à l'époque parce que nous étions à l'aise avec notre niveau et que nous venions de gagner une partie assez facilement, mais il essaie toujours de nous rendre meilleur. »

« Je n'ai jamais rencontré quelqu’un d’aussi compétitif, il est un entraîneur remarquable, » déclare le vétéran Joe Rocca en parlant du leader des Ravens qui a remporté le trophée commémoratif Stuart W. Aberdeen en tant qu'entraîneur U SPORTS de l'année pour la huitième fois cette saison.  « Il est l'une des personnes en qui j’ai le plus confiance. »

Avec une mentalité gagnante affirmée depuis la saison régulière, les Ravens ont continué leur domination dans les séries éliminatoires, gagnant une place à la Coupe Wilson du championnat du SUO. Cependant, l'équipe a fait face à sa concurrence la plus coriace, perdant contre les Rams de Ryerson dans le match de la médaille d'or pour la deuxième année consécutive par un score de 86-79.

Beaucoup de gars ne font qu’espérer gagner sans vouloir la bataille qui vient avec. Pour nous, il est important que les coéquipiers à vos côtés respectent le combat que vous donnez et de savoir que vous serez là les uns pour les autres peu importe la victoire ou la défaite. 

Ryan Ejim - Carleton Ravens

Mais les Rams et Ravens allaient se retrouver lors du 8 Ultime masculin ArcelorMittal Dofasco U SPORTS à Halifax. C'était la quatrième fois que Carleton et Ryerson se rencontraient cette saison, cette fois avec le championnat national comme prix final. Le match télévisé à l'échelle nationale sur Sportsnet 360 aurait pu aller d’un côté ou de l’autre, mais les Ravens ont pris le dessus, battant les Rams 78-69 pour leur septième titre consécutif.

Il est facile de se perdre dans l’excitation entourant l'équipe et leur entraîneur, Smart ayant créé un programme qui a pu dominer, tout en rivalisant avec certaines des meilleures écoles de la NCAA. Rocca a d'abord joué pour les Marauders de McMaster de 2012 à 2015, mais a décidé qu'il était préférable pour lui de se développer sous la direction des entraîneurs comme Smart et son neveu Rob,  l'entraîneur adjoint de l'équipe, optant pour une année de développement avant de jouer sa dernière saison.

« Je suis venu à Carleton en raison de ce que j'avais entendu à propos de Dave, et un de mes bons amis (ancien arrière de Carleton), Victor Raso, m'a fait état de la culture et du programme et cela m’a semblé être quelque chose avec lequel je voulais m'impliquer puisqu’il vous apprend beaucoup sur le basketball et encore plus sur la vie, » a déclaré Rocca. « (Dave) est un professeur incroyable et un entraîneur incroyable et toute l’expérience a été incroyable.»

 

 

Le 8 Ultime - Masculin

Dalhousie remporte la première médaille de son histoire

L’équipe U SPORTS