Championnats Soccer Féminin

D'atterrir sur l'île du Cap-Breton est une expérience unique. Il faut monter à bord d'un petit avion qui permet aux passagers de voir une forêt, jusqu'à ce que, finalement, la canopée verte se dégagé, révélant la communauté de Sydney, en Nouvelle-Écosse, et l'Université du Cap-Breton (CBU), avec un dôme, une piste de couleur rouge et un terrain de soccer.

Située juste à l'extérieur du cœur de Sydney, CBU se trouve juste à côté de l'autoroute reliant Sydney à Glace Bay. Cette université très unie, qui accueille près de 5 500 étudiants, est connue pour être l'une des écoles les plus diversifiées du pays avec des étudiants de plus de 40 pays. Elle offre également deux des meilleurs programmes de soccer au Canada.

Bien que les deux équipes soient actuellement classées au niveau national, cela n'a pas toujours été le cas. Lorsque les programmes de niveau universitaire U SPORTS ont été établis pour la première fois en 1996, plusieurs, y compris l'entraîneur de l'équipe féminine Ness Timmons, savaient que le programme prendrait du temps à se développer.

Il avait raison, et lors de la première saison U SPORTS  de l'équipe féminine, celle-ci n'a pas enregistré une seule victoire.

Ness.jpeg (197 KB)

« Quand on regarde cette saison-là, nos attentes n'étaient pas très élevées, mais nous avons pris les choses en main, match par match »

Ness Timmons - Entraîneur-chef du Cap-Breton

Après de nombreuses années d'amélioration, Ness et le programme féminin ont été les premiers à faire une percée.

Après avoir frappé à la porte du championnat de SUA pendant quelques années, l'équipe a finalement remporté le titre en 2003. Trois ans plus tard, avec 11 athlètes originaires du Cap-Breton sur la liste, les Capers, sur leur propre terrain devant 1 000 partisans, ont remporté la première médaille d'or de l'université à un championnat national U SPORTS, battant les Lions de York 2-1.

Dix ans plus tard, à l'automne 2017, l'Université du Cap-Breton remportait son deuxième titre national de soccer, mais cette fois c'était l'équipe masculine. Sous la direction de l'ancien joueur de soccer vedette des Capers devenu entraîneur Deano Morley ainsi que Scott Clarke et Vernon O'Quinn, les Capers ont battu les Carabins de Montréal en tirs de pénalité.

Aujourd'hui, le palmarès des deux équipes de soccer des Capers comprend 51 étoiles canadiennes U SPORTS, 16 championnats de la conférence de l'Atlantique, 13 prix de joueurs par excellence du SUA, 12 prix d'entraîneur de l'année de SUA, quatre prix d'entraîneur de l'année U SPORTS Fox 40 et deux championnats U SPORTS.

CBU_Women_s.jpeg (2.10 MB)CBU_Men_s_team.jpeg (2.90 MB)

Les deux programmes de Capers ont consacré beaucoup de temps au développement du recrutement et à l'établissement d'une culture au fil des ans ce qui leur a permis de recueillir autant d'éloges au cours des 25 dernières années.

Du côté féminin, Timmons et son équipe d'entraîneurs ont mis beaucoup d'efforts à recruter dans les Maritimes et en Ontario, assistant à d'innombrables tournois pour les jeunes.

« Nous avons créé quelques réseaux avec des anciennes joueuses qui ont eu une expérience positive en tant qu'étudiantes universitaires ici, » dit Timmons. « Et lorsqu'elles retournent chez elles, elles commencent à faire passer le mot. »

L'un de ces réseaux qui a connu un grand succès pour l'équipe féminine est celui d'Ottawa. Au début des années 2000, les équipes des Capers comptaient une poignée de joueuses de la région, tandis que l'alignement des Capers compte actuellement trois joueuses de la capitale nationale, dont la joueuse de cinquième année Ciera Disipio, nommée joueuse la plus utile de l'année du SUA la saison dernière et qui figure parmi les 8 finalises des étoiles universitaires académiques U SPORTS. 

DiSipio.jpeg (1.31 MB)

Le recrutement à l'extérieur des Maritimes a également joué un rôle clé pour l'entraîneur Morley. Comme l'université dans son ensemble, Morley et l'équipe masculine se sont concentrés sur les étudiants étrangers.

Bien que l'université n'ait que très récemment commencé à se concentrer sur l'attraction d'étudiants étrangers, le club de soccer le fait depuis des années. Morley est originaire du Royaume-Uni et depuis qu'il a rejoint l'effectif d'entraîneurs des Capers en tant qu'assistant après la fin de sa carrière de joueur à CBU, le nombre de joueurs européens au sein de l'équipe ne cesse d'augmenter. Maintenant à sa sixième saison à la barre, son équipe des Capers compte 12 joueurs internationaux, dont l'attaquant anglais Charlie Waters.

« Le fait d'avoir des joueurs multiculturels à l'échelle internationale permet cette croissance et ce développement », a déclaré M. Morley, qui a ajouté que cela a donné à CBU un avantage pour recruter des Canadiens de haut niveau.

Bien que Morley et Timmons aient adopté des approches légèrement différentes en matière de recrutement, les deux entraîneurs ont bâti des cultures similaires en se fondant sur le professionnalisme et le caractère.

Waters.jpeg (1.11 MB)

« Être champion n'est pas une question de gagner et de perdre sur le terrain, ni de chiffres et de statistiques.  L'idée est d'être un champion sur le terrain, en classe et au travail. »

Ciera Disipio - milieu de terrain de la CBU

La philosophie de CBU repose sur l'idée que chacun doit s'efforcer de devenir le meilleur de lui-même et doit faire des efforts et s'engager dans son sport, en classe, dans sa carrière et dans la communauté.

Selon l'entraîneur Morley, cette approche a permis au Cap-Breton de tenir ses joueurs et ses recrues potentielles à des normes élevées qui assureront le succès de l'équipe sur le terrain et dans la vie.

« Nous sommes capables de dire non à de très bons joueurs, d'avoir des gens formidables, qui sont de bons joueurs », dit Morley à propos de la sélection des joueurs qui répondent à la vision des Capers.

Bien que des promotions de recrutement talentueuses et une culture forte aient certainement joué un rôle dans le succès des deux programmes, la communauté et les gens sont ce qui a rendu CBU si spéciale.

Rooooowwwweee.jpeg (1.70 MB)

À l'Université du Cap-Breton, une majorité écrasante de joueurs et joueuses des équipes masculine et féminine vivent ensemble dans des appartements sur le campus. Qu'il s'agisse simplement de passer du temps ensemble, d'étudier ensemble, de parler de soccer ou de préparer le déjeuner comme s'ils étaient en famille les fins de semaine, les joueurs sont toujours ensemble et sont finalement devenus une famille.

Selon Disipio, cela a permis à l'équipe d'établir une relation de confiance et une chimie qui ont fait beaucoup de chemin.

« Je pense que c'est en quelque sorte un énorme facteur de notre succès au fil des ans, car le soccer est bien plus qu'un sport », explique Disipio. « Quand vous travaillez ensemble plutôt que seul à quelque chose, vous allez beaucoup plus loin. »

Cette solidarité et cette dynamique familiale sont non seulement évidentes chez les joueurs, mais aussi chez les entraîneurs. Les entraîneurs sont toujours là pour leurs athlètes afin de discuter de n'importe quelle question et d'avoir leur appui quoi qu'il arrive. Tout comme une famille, les joueurs et les entraîneurs partagent la responsabilité, et l'apport des joueurs est encouragé, ce que de nombreux étudiants-athlètes attribuent au succès de CBU au fil des ans.

goalCBUw.jpeg (1.47 MB)

« L'entraîneur Morley est très ouvert à entendre ce que ses joueurs ont à dire et il en tient compte lorsqu'il nous met sur le terrain. Dans les parties, nous sommes parfois si flexibles parce que les gars peuvent se sentir libres sur le terrain et jouer n'importe quelle position », explique Waters. « Il nous donne la liberté de nous exprimer dans le vestiaire et je pense que beaucoup de nos joueurs prennent confiance en eux en pouvant simplement s'exprimer. »

Il est indéniable que ce que l'Université du Cap-Breton a accompli avec ses programmes de soccer est impressionnant, surtout en tant que petite université du Canada atlantique. Il s'agit d'un processus lent qui a nécessité l'engagement de joueurs, de professeurs et d'entraîneurs, comme Timmons, qui a été témoin de la transformation complète du programme. Et bien que la victoire soit devenue importante pour les Capers, ce n'est pas la seule chose. 

« Ce n'est pas seulement une question de victoires, de défaites ou de seulement du soccer », dit Timmons. « C'est une question de caractère. »

En fin de compte, peu importe comment les saisons de soccer masculin et féminin U SPORTS 2019 se termineront ce week-end pour les Capers, il ne fait aucun doute que la culture de travail acharné de CBU sera visible sur le terrain et que les joueurs représenteront l'île et la collectivité de façon admirable.