U SPORTS News

Corporatif

Les études passent en premier pour la capitaine des Aigles Bleues Karine Roy

Graham Neysmith

Karine Roy, de l'équipe de hockey féminin de l'Université de Moncton, personnifie la définition d'étudiante-athlète. 

Jouant sa cinquième et dernière saison d'admissibilité U Sports, Roy a fait ses débuts dans le programme des Aigles Bleues il y a sept ans. 

L'explication de sa longévité dans le sport universitaire est simple : l'éducation était la priorité. 

« Même avant de commencer l'université, je savais que de faire des études en génie civil et de jouer au hockey en même temps exigerait énormément de temps et d'efforts, a dit la vétérante de Moncton qui mène l'équipe avec sept buts et 11 points à la première moitié de la saison.  « J'ai pensé que je pourrais trouver un équilibre qui me permettrait de continuer à jouer le sport que j'ai toujours aimé. » 

Roy n'avait que 17 ans quand elle est arrivée sur le campus de Moncton. Comme beaucoup d'étudiants, l'université a été sa première expérience de vivre loin de la maison; dans son cas, Nigadoo, N.-B., à deux heures et demie de route. 

« Je me suis vite rendu compte qu'avec l'école et le sport, je n'aurais pas beaucoup de temps pour voir ma famille et trouver cet équilibre », explique Roy.  « C'était une combinaison de tout ces éléments qui m'ont amené à quitter l'équipe. C'est l'une des décisions les plus difficiles que j'ai dû prendre. »  

« Elle n'est pas la première (à quitter en raison des études) et je sais que nous aurons de telles situations à l'avenir, parce que les études passent en premier », affirme Denis Ross, entraîneur-chef de longue date de l'Université de Moncton.  « C'était une bonne décision pour elle. » 

161216_School_comes_first_for_Aigles_Bleues_captain_Karine_Roy_Body.jpg (75 KB)Roy a quitté l'équipe des Aigles Bleues après seulement huit matchs. Cherchant toujours à tirer le meilleur d'une situation, elle a profité de l'occasion pour essayer un nouveau sport.  Nigadoo tient un événement annuel d'aviron pendant son festival d'été, et Roy a complété l'épreuve de 32 kilomètres en eau libre à chacun des sept derniers étés. 

Bien qu'elle appréciait l'aviron et que ses études étaient sous contrôle, Roy avait toujours l'intention de revenir à l'équipe de hockey universitaire.  Dès qu'elle a quitté l'équipe en 2009, elle a augmenté le nombre de cours qu'elle suivait chaque semestre, ce qui lui a permis de boucler certains des cours d'ingénierie les plus difficiles. Elle a également pris des cours d'été, le tout dans le but de pouvoir jouer avec l'équipe universitaire plus tard dans sa carrière académique.

La prévision de Roy allait porter fruit, car elle a pu jouer six matchs pour les Aigles Bleues en 2012-13. L'année suivante, elle a joué chaque match d'une saison spéciale pour le programme.

« C'était comme un conte de fées, » dit-elle, en se rappelant la saison 2013-14.  « À la pause des vacances de Noël, nous n'avions qu'une seule victoire. Malgré les défaites, nous avions un esprit d'équipe incroyable, nous formions vraiment une famille. Tout a changé dans la deuxième moitié de la saison, et nous n'avons perdu qu'une seule fois. Pendant les séries éliminatoires, notre aréna était toujours plein et nous avions des frissons en entendant nos fans. »

Moncton a remporté le championnat du SUA, avec Roy en tête de l'équipe grâce à ses quatre buts en séries éliminatoires. À ce stade, elle avait complété son diplôme, mais croyait que sa carrière n'était pas tout à fait terminée.

« Des expériences comme (la saison 2013-14) sont rares, » dit-elle.  « Ma carrière de hockey de compétition se terminera après l'université. À ce moment-là, j'avais encore deux années d'admissibilité, et je me suis dit que je ne pouvais pas manquer cette chance. » 

Roy s'est inscrite au programme de maîtrise de Moncton à l'automne 2015. Elle n'a pas manqué un match depuis qu'elle a rejoint les Aigles Bleues pour la deuxième fois et a été nommée capitaine de l'équipe pour la saison 2016-17. 

« Karine donne l'exemple,» dit Ross.  « Nous avons une équipe très jeune, donc nous avons besoin d'une joueuse avec son attitude et sa maturité sur la glace.  Ce ne sont pas ses paroles, elle sait juste quoi faire et les autres suivent son exemple. » 

Roy a encore la rondelle de son premier but avec les Aigles Bleues, marqué le 29 novembre 2009. Pour mettre en perspective la longévité de sa carrière, quatre nouveaux programmes ont rejoint le hockey féminin U Sports, soit les équipes de Ryerson, Nipissing, Laurentian et Montréal, au cours de la carrière de Roy avec Moncton.  Elle a remarqué une amélioration considérable dans tous les aspects du sport. 

« Depuis que j'ai commencé, non seulement le niveau de talent dans la ligue et la qualité du jeu ont augmenté», explique Roy, « mais la perception que les gens ont du hockey féminin s'est également améliorée. »