U SPORTS News

Corporatif

les vétérantes aident l’équipe féminine de volleyball des Thunderbirds à se racheter

Natasha Cyrille, U SPORTS Women’s Volleyball Correspondent

Après avoir raté les médailles au championnat canadien U SPSORTS la saison dernière, les Thunderbirds de UBC sont revenues plus fortes que jamais cette saison pour réclamer leur 11e  titre national de volleyball féminin. Rome ne s’est pas construite en un jour, et ce n’a pas été le cas non plus pour le parcours vers la finale du Championnat de volleyball féminin U SPORTS. Les Thunderbirds se sont livré à une bataille à deux sens contre leurs rivales de conférence, les Pandas d’Alberta, qu'elles ont battu 3-1 lors du Championnat le 19 mars.

« Nous avons joué contre Alberta trois fois la saison passée avant le match de la médaille d'or U SPORTS. Nous connaissions très bien l'équipe, et nous savions qu'elles ne se laisseraient pas abattre, »  a déclaré la passeuse de quatrième année Alessandra Gentile, en réfléchissant à la victoire de l'équipe, après avoir perdu le titre de Canada-Ouest aux mains d’Alberta la semaine précédente. « Tant que nous jouions notre jeu et exécutions de notre côté, nous pouvions gagner, et c'est exactement ce que nous avons fait. »

Après avoir perdu lors du match de la médaille de bronze au Championnat U SPORTS la saison dernière, l'entraîneur-chef Doug Reimer a reconnu la force de cette division et ce qu'il faudrait pour revenir au tournoi. «Notre objectif a été de reconnaître qu'il y aurait un certain nombre d'équipes fortes et expérimentées de Canada-Ouest,» explique Reimer.  « Nous étions sur la bonne voie, mais nous avions besoin de nous améliorer pour demeurer au niveau de ces équipes et mériter le droit d'avoir une autre chance au Championnat U SPORTS. »

C’est une opportunité qui allait se révéler être une réussite lors de leur retour au tournoi national. Bien que la destination soit charmante, les médailles et les droits de se vanter d’être les meilleures au Canada,  ce sont le bon et le mauvais du parcours qui ont mené les Thunderbirds à ce moment. Terminant en troisième place du classement de la conférence, derrière Trinity Western (21-3) et Alberta (22-2), les Thunderbirds ont connu un démarrage lent et ont perdu trois de leurs huit premiers matchs. Mais l'équipe s’est reprise durant le reste de l'année, remportant 15 de ses 16 derniers matchs avant d’entamer les éliminatoires. Une fois rendues en finale du Championnat Canada-Ouest, ce sont les Pandas qui ont mis la main sur la bannière de conférence grâce à une victoire de 3-1.

La vengeance allait être douce pour les Thunderbirds car les tables allaient tourner en leur faveur pour prendre leur revanche dans la finale nationale. « Une confiance calme » est la façon dont la capitaine de cinquième année, joueuse la plus utile du championnat, et finalest pour les Prix BLG Danielle Brisebois a décrit les émotions de l'équipe avant le match.

« La plupart des gens étaient plutôt détendus, soit dansant ou chantant dans le vestiaire d'équipe, alors que d’autres se préparaient comme elles le font normalement », dit-elle. «Les seniors ont voulu souligner à l'équipe que tout le travail avait été fait et qu’il était maintenant venu le moment de simplement jouer, la partie la plus amusante. Nous voulions garder les gens dans une mentalité positive et optimiste, mais aussi axée sur la tâche à accomplir. » Avec les femmes de UBC prêtes à jouer, la seule chose qui restait à faire à ce moment était d’entendre les paroles de motivation d’avant match du discours de l'entraîneur-chef Doug Reimer qui, dans sa simplicité, concentrerait l'équipe et ferait jaillir l’étincelle; entraînant une genre de soif de cette médaille d’or. 

 «Ne permettez jamais à la pression de dépasser le plaisir, paroles de Joe Maddon », a déclaré le chef du banc de UBC à ses joueuses, faisant référence aux paroles du directeur des Cubs de Chicago, qui ont remporté la première série mondiale de l'équipe depuis 1908 en octobre dernier.  « La seule façon de vaincre les équipes fortes et préparées est d'exercer une pression. À ce moment-ci de la saison, nous nous rappelons surtout de la façon dont nous aimons jouer et ce que nous avons bien fait pour arriver à ce point. »

Ce n’était peut-être pas un discours aussi poétique que celui entendu dans le film En souvenir des Titans, mais le message a tout de même été bien reçu. Alors, où se dirigent les Thunderbirds maintenant? Une nouvelle saison s’annonce bientôt, et cela signifie de nouveaux visages sur la liste de UBC. « Ce sera une toute nouvelle équipe l’année prochaine, » a déclaré Gentile. Nous avons de bonnes recrues qui s’en viennent. »

Des nouveaux visages, de nouveaux styles de jeu et de nouvelles énergies feront partie des Thunderbirds. Cependant, l’arrivée des nouvelles signifie le départ des vétérantes. En quittant le programme en tant que championnes nationales, les vétérantes Emily Cicon, Julianna Kaufmanis et Brisebois laissent derrière elles non seulement un héritage, mais également toute une commande à remplir pour l'avenir du programme.

Grâce à ses cinq saisons avec l'équipe, à travers tous les hauts et les bas, Brisebois a tiré d’importantes leçons de cette aventure. « Travailler fort peut être amusant », dit la vétérante. «Être entourée par des personnes dévouées qui veulent les mêmes choses que vous, et qui sont gentilles et aimables, peut tout changer. Tout à coup, se lever à 7 heures du matin, cinq jours par semaine pour la pratique ne semble pas si grave, parce que vous êtes là avec vos 15 amies les plus proches et que vous franchissez tout ensemble.»