Basketball Masculin

Prix Nouvelles

Prix

Les membres de U SPORTS sont honorés pour leurs carrières au temple de la renommée de l'ACSC

Mathieu Rousseau

C’est le 12 juin dernier qu’a eu lieu l’intronisation au Temple de la renommée de l’Association canadienne du sport collégial (ACSC) des dix nouveaux membres qui composent la cohorte 2018. Parmi ces nouveaux membres, six se sont illustrés, que ce soit en tant que joueur ou entraineur, dans le réseau U SPORTS lors de la suite de leur carrière.

Olivier Caron, Pascal Clément et Olga Hrycak seront honorés pour leur travail en tant qu’entraineurs alors que Gino Brousseau, Vicky Tessier et Varouj Gurunlian seront récompensés pour leurs succès en tant qu’athlètes.

Des Élans du Cégep de Garneau au Rouge et Or de l’Université Laval

 C’est en tant qu’entraineur du programme de volleyball féminin des Élans du Cégep Garneau qu’Olivier Caron a fait ses classes en tant qu’entraineur. Il a notamment remporté en 1997 et 1998 le Prix de l’excellence en entrainement de l’ACSC.

HOF_Caron_(headshot).png (85 KB)

Pour Caron, cet honneur a été une grande surprise. "Ça me ramène dans le passé. C’est un très très bel hommage du sport collégial. Ça doit vouloir dire qu’on a fait de belles choses à Garneau," affirme celui pour qui le championnat canadien remporté en 1990 représente le plus beau souvenir de sa carrière collégiale.

Pour plusieurs au Cégep de Garneau, Caron aura été bien plus qu’un entraineur. C’est notamment le cas d’Éric Lavigne, directeur adjoint, Direction des affaires étudiantes et communautaires du Cégep Garneau qui considère l’homme derrière quatre conquêtes du championnat canadien de l’ACSC comme un bâtisseur.

DfiSprtW0AArVtq.jpg (159 KB)

"La structure que nous avons bâtie au volleyball a permis aux autres sports du collège de connaitre du succès puisqu’ils l’ont répliquée. Je pense notamment au soccer. C’est probablement pour cela qu’on me considère comme un bâtisseur."

Caron a par la suite fait le saut au niveau universitaire en tant qu’entraineur-chef de l’équipe de volleyball féminine du Rouge et Or de l’Université Laval pour une saison lors de la campagne 98-99 avant de revenir à la barre de cette équipe depuis la saison 2013-2014.

Un retour en arrière

 "Ca a été une surprise et en même temps ça m’a ramené loin derrière. Cela fait 26 ans que je suis entraineur avec le Rouge et Or." C’est comme cela que Pascal Clément, également entraineur à l’Université Laval, décrit  cette intronisation.

Celui qui a fait ses études à l’Université Laval en même temps d’occuper le poste d’entraineur adjoint des Titans de Limoilou n’avait pourtant pas l’intention, contrairement à ce que ses 30 quelques années d’activité sur le banc d’une équipe de volleyball pourraient laisser croire, de faire carrière en tant qu’entraineur.

"C’est à cette époque que j’ai arrêté de jouer au volleyball pour me concentrer sur le théâtre. À la première année, j’ai fait le stage au Conservatoire, mais je n’ai pas été retenu. L’année suivante, en 1984, j’ai fait les auditions à l’École nationale de théâtre et au Conservatoire d'art dramatique de Montréal et je n’ai pas été retenu. J’ai donc décidé de mettre fin à mes études en théâtre et de me réorienter en éducation physique et au même moment l’opportunité de devenir entraineur adjoint avec les Titans de Limoilou s’est présentée parce que j’avais le temps. L’entraineur-chef était Clément Lemieux qui avait été mon coéquipier durant toute ma carrière scolaire, juvénile, junior, collégiale et AAA. C’est lui qui m’a demandé d’être entraineur adjoint. Lorsque Clément a eu l’opportunité en 1986 de devenir le premier entraineur temps plein au volleyball à l’Université Laval je suis devenu entraineur-chef des Titans."

Un Temple de la renommée de plus au palmarès

Pour Olga Hrycak, entraineur des Cavaliers du Cégep de Champlain puis des Blues du Cégep de Dawson, cette intronisation ne représente pas la première consécration de son illustre carrière, mais c’est tout de même un honneur très apprécié: "J’ai entrainé à l’université pendant 12 ans, mais ça n’a pas été facile de quitter le Cégep puisque tout allait très bien. À Champlain, il y avait 2000 étudiants, donc nous étions comme une famille. Ça a été des années remarquables et être reconnue par l’ACSC est une très belle récompense."

HOF_Olga_3.jpg (291 KB)

Ses deux prix en tant que meilleur entraineur du basketball masculin canadien au niveau collégial représentent d’ailleurs de très beaux souvenirs pour celles qui a connu beaucoup de succès partout où elle est passée.

Parmi ses faits d’armes, notons son intronisation en 2017 au Temple de la renommée du basketball canadien. De plus, lorsqu’elle a fait le saut avec les Citadins de l’Université du Québec à Montréal, elle est devenue la première femme à entrainer une équipe de basketball masculin universitaire au Canada ou au États-Unis.

Après près de 50 ans d’expérience de coaching, ce véritable monument du basketball canadien a annoncé sa retraite en 2015.

 "La cerise sur le sundae"

Une cerise sur le sundae. C’est exactement ce que représente cette intronisation pour Gino Brousseau, lui qui a également été intronisé au Temple de la renommée de Volleyball Québec et Volleyball Canada.

HOF_Brousseau_(headshot).png (734 KB)

C’est dans la catégorie Athlètes que celui qui agit aujourd’hui en tant qu’entraineur de l’équipe de volleyball du Rouge et Or de l’Université Laval ainsi que coordonnateur au camp de perfectionnement sera intronisé.

Incapable d’identifier un moment précis comme étant le plus beau souvenir de sa carrière, M. Brousseau préfère regarder sa carrière comme étant une œuvre et c’est l’ensemble qui le rend fier. Et c’est le cas de le dire : il y a de quoi être fier. Après son passage au niveau universitaire avec le Rouge et Or, l’ancienne vedette des Titans de Limoilou a ensuite eu la chance de participer aux Jeux olympiques de 1992. Il a également performé au niveau professionnel en France et au Japon. De son propre aveu, ce sont toutefois ces années au niveau collégial qui lui ont permis de connaitre du succès: "Le Titans de Limoilou m’a appris à gagner, à jouer en équipe, à être là pour mes coéquipiers et à adopter une bonne éthique de travail. C’est ce qui m’a permis de connaitre du succès dans le reste de ma carrière. "

DfiWS4iX4AUc2fP.jpg (399 KB)

Malgré une carrière de joueur bien rempli, la transition vers un rôle d’entraineur n’a pas été sans embuches pour Brousseau. "Ce qui est le plus dur au début c’est de faire la transition entre joueur et entraineur, parce qu’au début tu as encore des réflexes de joueur comme l’intensité et l'impulsivité. Quand tu es un coach, tu dois être plus posé, plus réfléchi. Les joueurs doivent sentir que tu es en contrôle de la situation," affirme celui pour qui le rôle d’entraineur est super, depuis qu’il a trouvé le parfait équilibre.

Le Cégep : la base du succès.

Vicky Tessier aura connu une carrière de joueuse bien remplie. Nommée athlète par excellence pancanadienne à cinq reprises lors de son séjour avec l’Université de McGill et également joueuse de l’année en 1997, Mme Tessier affirme que tout cela n’aurait pas été possible sans son passage avec les Indiennes du Cégep d’Ahuntsic.

"Mon stage collégial m’a vraiment donné toutes les bases pour être en mesure de performer au niveau universitaire," affirme celle qui considère son intronisation au Temple de la renommée de l’ACSC comme une belle reconnaissance de sa carrière. "Quand je suis arrivée à ma première année, je n’ai pas eu à passer par l’équipe de réserve et j’ai pu, grâce à mes années collégiales, avoir un impact immédiat." 

Mme Tessier occupe aujourd’hui le poste de Responsable des équipes intercollégiales du Cégep de l’Outaouais, les Griffons. Une partie de son travail consiste à assister aux matchs des équipes. "Je suis présente à la moitié des matchs. C’est fantastique! Ça me permet de repenser à mes années de joueuse à ce niveau," indique celle qui se considère chanceuse de travailler dans ce qui la passionne.

ACSA : Le rampe de lancement pour une carrière réussie

Varouj Gurunlian est le sixième et dernier membre de la cuvée de cette année à avoir également évolué dans le réseau U SPORTS.

Celui qui sera intronisé dans la catégorie Athlètes a porté les couleurs de l’équipe de basketball des Blues de Dawson avec laquelle il a notamment participé aux deux premiers Championnats canadiens de basketball de l’ACSC. Lui et son équipe ont notamment remporté le championnat lors de leur deuxième participation.

Une fois rendu au niveau universitaire, il a fait parler son talent sous les maillots de l’Université Laurentienne et de St. Francis Xavier University. Premier étudiant-athlète de Dawson à recevoir l’honneur d'athlète par excellence pancanadien de l’ACSC (1976), Gurunlian a également représenté son pays sur la scène nationale.

"Mon passage dans l’ACSC m’a permis de faire mes classes, puis de me faire remarquer et d’être recruté par l’équipe nationale, où pendant neuf ans, j’ai fièrement représenté le Canada partout dans le monde."

Toute l’équipe de U SPORTS souhaite féliciter tous les individus qui ont été intronisés au Temple de la renommée de l’Association canadienne du sport collégial pour leurs incroyables carrières.


Mathieu_Rousseau.png (550 KB)

Mathieu est étudiant de dernière année en Communication à l’Université de Sherbrooke, il a par le passé écrit pour son journal universitaire en plus d’effectuer un stage chez Hockey Québec. C’est la passion de Mathieu pour les sports et son aisance avec les mots qui l’ont motivé à travailler dans le monde des communications sportives.