Prix Nouvelles

Prix

Olga Hrycak, une meneuse parmi les hommes

Casey Dulson

Depuis 48 ans, Olga Hrycak a excellé dans un monde entouré d'hommes, ouvrant la voie aux entraîneures féminines de basketball en Amérique du Nord. Mais la légende qui est maintenant à la retraite ne se considère pas comme une pionnière. « Je suis un être humain qui aime le sport et je suis très passionnée à ce sujet », a déclaré Hrycak. 

 -RT0K14S.jpg (123 KB)


« J'ai eu la chance d'acquérir les connaissances et d'avoir de bonnes relations avec mes joueurs», a-t-elle ajouté, remarquant qu’elle avait déjà retranché Joel Anthony, le centre des Spurs de San Antonio, alors qu'il s'entraînait au Collège Dawson. 

Pionnière pour les entraîneures féminines au cours de sa carrière, Hrycak a marqué l'histoire du basketball en Amérique du Nord en 2003, lorsqu’elle a été embauchée à titre de première entraîneure chef de l’équipe des Citadins de l'Université du Québec à Montréal (UQAM), devenant la première femme à entraîner une équipe masculine d’une université canadienne ou américaine. 

Après une carrière de 12 ans avec les Citadins de 2003 à 2015 où elle a remporté 300 matchs et deux titres du RSEQ en 2006 et 2010, Hrycak est devenue la sixième entraîneure-chef du basketball à recevoir le Prix d'excellence aux entraîneurs Jean-Marie De Koninck le 7 juin dernier dans le cadre du Gala des prix U SPORTS. Elle rejoint une longue liste d'entraîneurs de basketball U SPORTS, dont Linda Marquis de l'équipe féminine du Rouge et Or de Laval, l'entraîneur-chef de basketball masculin de StFX Steve Konchalski, l'entraîneure-chef de l’équipe de basketball féminin de Victoria Kathy Shields et Peter Campbell, de Wilfrid Laurier, qui a remporté le prix l'année dernière.

Hrycak a fait ses débuts aux abords du terrain de l'École secondaire Holy Names en 1967 alors qu'elle fréquentait encore l'Université de Montréal et qu’elle était étudiante-athlète pour l’équipe féminine des Carabins.  Gagner son premier championnat en tant qu’entraîneure-chef est l'un de ses meilleurs souvenirs. 

« Lorsque j'ai gagné mon premier championnat municipal, j'avais enterré mon père le matin », a-t-elle dit. 

Elle est passée au niveau collégial en 1979, entraînant les Cavaliers du Collège Champlain jusqu'en 1988, et remportant un titre en cours de route. Mais c'était avec les Blues du Collège Dawson qu’elle a marqué l'histoire de l'Association canadienne des sports collégiaux (ACSC), avec neuf championnats en 15 ans. Elle a également été nommée entraîneure de l'année au Québec six fois et entraîneure de l'année de l'ACSC deux fois.

« Remporter des championnats et mériter des prix dans un monde d’hommes est (spécial) », a déclaré Hrycak. « Je suis fière d’être reconnue dans ce genre de situation. »

De 1984 à 1987, Hrycak a atteint une autre étape de carrière, en tant qu’entraîneure-adjointe avec l'équipe masculine nationale canadienne sous le légendaire Jack Donohue aux Jeux olympiques de 1984 à Los Angeles. 

 -RCQFE8C.JPG (79 KB)


Le mois dernier, elle a reçu le plus grand honneur de sa carrière, devenant la première entraîneure-chef du Québec à être intronisée au Temple de la renommée du basketball canadien. « Tu es immortalisée dans l'histoire comme ma famille a dit, » a déclaré Hrycak. Lorsque Hrycak a pris sa retraite en 2015, Nate Philippe a pris sa place à l’UQAM. 

« L'entraîneure Olga Hrycak est une légende et une pionnière du basketball universitaire au Canada », a-t-il déclaré. « Ce fut un honneur de suivre ses traces et de continuer sur les bases qu'elle a établies à l'UQAM. Bien avant que Becky Hammon (entraîneure-adjointe des Spurs de San Antonio) et Nancy Lieberman (assistante des Kings de Sacramento), travaillent dans la NBA, l'entraîneure Olga a ouvert la voie pour toutes les entraîneures derrière. »   

Pour Hrycak, son legs n’est pas relié au nombre de championnats ni aux prix qu'elle a remportés, mais plutôt à l'enseignement de la prochaine génération de joueurs de basketball et d'entraîneurs. «J'aime développer les joueurs car au fond de moi, je suis une enseignante », a déclaré Hrycak, qui a passé 35 ans en tant qu’enseignante d'éducation physique et consultante en religion pour la Commission scolaire anglaise de Montréal.  « J'aime utiliser le basketball comme un moyen d'éducation. »

Prix

Le chroniqueur du Victoria Times, Cleve Dheensaw, reconnu pour sa couverture du sport universitaire canadien

Ali Baggott