Athlétisme Féminin Nouvelles

Athlétisme Féminin

Faites connaissance avec vos entraîneurs U SPORTS : Kate Bickle-Ferth, Warriors de Waterloo

L’équipe U SPORTS

Tout au long de la saison 2017-2018, U SPORTS s’entretiendra avec un athlète, un entraîneur, et un membre du personnel clés de chacun de ses programmes sportifs dans le cadre de notre nouvelle série d’entrevues « Faites connaissance avec… ». Bickle-Ferth-1.png (75 KB)

  • Nom: Kate Bickle-Ferth
  • École: Université de Waterloo
  • Sport: Athlétisme
  • Position: Entraîneure-chef
  • Ancienneté: 10 ans
  • Ville natale: Kitchener, Ontario

1. Comment en êtes vous venu à entrainer pour la première fois? Quel a été votre parcours jusqu’à ce poste d'entraîneure-chef à Waterloo?

Je suis devenue une Warrior lorsque j'ai étudié à Waterloo à l'automne 2003. J'ai fait partie de l’équipe pendant cinq ans, puis je suis devenue gérante de l’équipe et entraîneure-adjointe en 2008. Par la suite, l’ancien entraîneur-chef, qui est également mon mari, Shane Ferth, a décidé de retourner à l'école et a été accepté dans son programme à l'Université de Guelph. Les Gryphons l'ont ensuite embauché et le poste d'entraîneur-chef de Waterloo est devenu disponible.

Nous sommes tous les deux très fiers de ce que Shane a développé à Waterloo et nous avions du mal à abandonner toute notre histoire avec l'équipe. Il a ensuite été décidé que je poserais ma candidature pour le poste d'entraîneure-chef en espérant poursuivre le succès que Shane avait commencé avec les Warriors.

2. Qui sont les gens qui vous ont le plus influencé en tant qu'entraîneure?

Mon mari et entraîneur personnel, Shane Ferth. Il est un modèle incroyable pour ce poste en raison de son professionnalisme et de ses connaissances. Il veut vraiment ce qu'il y a de mieux pour les athlètes et il est direct, ce que j'admire vraiment. De plus, l'entraîneure-chef de Western, Vickie Croley, m’a toujours appuyée. Elle a tenu tellement de rôles dans le sport qu'elle est un modèle fantastique pour les autres femmes et pour les hommes.

3. Comment décririez-vous votre style de coaching?

Coopératif. Le coaching ne consiste pas seulement à dire aux gens quoi faire, c'est aussi enseigner aux athlètes et aux autres entraîneurs la raison de nos actions et comment elles peuvent être ou ne pas être favorables pour eux et pour l'équipe. Nous essayons de guider les athlètes dans la direction qui, selon nous, sera la plus avantageuse pour eux tout en leur permettant d'apprendre et de prendre des décisions par eux-mêmes. Le coaching va au-delà du sport. Nous travaillons avec des jeunes adultes qui vivent plusieurs nouveaux événements de la vie, comme vivre loin de chez eux, apprendre à cuisiner et bien manger, faire face à des situations personnelles; donc, essayer de mettre en œuvre des choix intelligents en dehors du sport est une énorme partie de diriger une équipe.

4. Quel entraineur admirez-vous le plus et pourquoi?

Shane Ferth est celui que j'admire le plus. Peut-être que j’ai un parti pris, mais je vois tout le travail qu'il fait, à quel point il se soucie du sport et des athlètes et il est incroyablement bien informé. Il ne demande rien en retour et ne reçoit pas assez de crédit pour ce qu'il fait.

5. Quelle est la chose la plus inhabituelle que vous ayez fait en tant qu'entraîneure?

L'année dernière, je pensais que les athlètes avaient besoin d'une pause mentale et physique au milieu de la saison et j'ai décidé de changer l’entraînement en une séance de yoga. C'était une façon amusante pour tous d’interagir et de sortir de leur zone de confort tout en récupérant de façon active.

Kate_Bickle-Ferth_and_Tegan_Sauer-1.jpg (197 KB)

6. Quel est votre plus grand moment ou votre plus belle réussite en tant qu’entraîneure?

Nous avons connu une saison incroyable en 2017 avec de nombreuses médailles du SUO et U SPORTS ainsi que des records d'équipe et des top-10. Voir les athlètes obtenir des médailles et une reconnaissance pour leur travail acharné est toujours gratifiant. Mais il y a toujours beaucoup d'autres moments qui me viennent à l'esprit qui se produisent dans les coulisses.

Nous avions un athlète cette année qui avait toujours eu de la difficulté à faire notre standard d’équipe mais qui a travaillé tellement fort, est resté positif et adore l'équipe et le sport. Il a connu une saison de percée cette année et a dominé ses propres performances du début de la saison jusqu'à la fin. Voir les progrès et la joie sur les visages des athlètes quand ils atteignent ces genres de réalisations est tellement gratifiant et c'est la principale raison pour laquelle j'adore le coaching.

7. Quel est le meilleur conseil que vous pouvez donner à un athlète ou à ses parents?

Fixez des objectifs et faites de votre mieux pour les atteindre, ne laissez aucune place au regret. De plus, trouver un entraîneur en qui vous avez confiance et qui se consacrera à vos progrès vous aidera à réussir.

8. Comment avez-vous changé en tant qu'entraîneur au fil du temps. Quels principes / Quelles valeurs sont restés identiques?

Parce que je suis encore nouvelle dans le poste je suis toujours en train d'apprendre - quoi faire et quoi ne pas faire, ce qui peut être amélioré, etc. En tant qu’entraîneure, il faut être capable de s’adapter à certaines situations et prendre des décisions rapides. Parfois ce sont les bonnes décisions et parfois non, mais il y a toujours une leçon à tirer de vos succès et de vos erreurs.

Je pense que mes principes et mes valeurs sont restés les mêmes. Je suis honnête avec les athlètes et le personnel et j'ai des objectifs en tête pour le programme. Je m'attends à ce que tout le monde fasse la même chose afin que nous puissions travailler ensemble pour atteindre ces objectifs.

9. Qu’aimez-vous faire lorsque vous n'êtes pas en train de coacher?

Je dis toujours qu'il n'y a pas assez de temps dans la journée pour tout accomplir ce que je veux faire. J’ai étudié les beaux-arts, alors je peins parfois lorsque le temps le permet. Mon emploi à temps plein est avec Manuvie en tant que coordonnatrice de projet. Entraîner différentes équipes n'est pas idéal, mais mon mari et moi continuons à nous entraîner et à faire de la compétition, donc nous passons beaucoup de temps ensemble sur la piste avec notre fils âgé d'un an qu’on emmène aux entraînements et aux compétitions. Il aime courir, donc je ne pense pas que ça le dérange trop.

Athlétisme Féminin

Les 10 meilleurs moments de la saison d’hiver

L’équipe U SPORTS

Trevor MacMillan