Basketball Masculin Nouvelles

Basketball Masculin

Ancienne étoile de Dalhousie, Lawrence continue d’emporter sur la cour

Brett Dickie

Gagnant par deux points devant un Scotiabank Centre plein au centre-ville de Halifax mars dernier, c’était la récupération de la balle par Kashrel Lawrence aux trois dernières secondes qui a garanti le troisième titre de basketball SUA consécutif pour les Dalhousie Tigers. L’attaquant de 6 pieds 2 a terminé le match de titre-conférence de 2017 avec 12 points et 10 rebonds autour de sa moyenne carrière de 13,9 points et 6,1 rebonds par match.

Kashrell_Lawrence_3.jpg (14.82 MB)

Les cinq années de Lawrence en tant que Tiger sont les meilleures qu’elles puissent être. Deux-fois étoile de première équipe du SUA, une nomination pour la deuxième équipe étoile de la conférence, équipe d’étoile U SPORTS, capitaine pour trois ans et pour couronner le tout, récipiendaire du prix Ken Shields aux qualités de leadership et le service communautaire. Les distinctions et les statistiques sont là, mais ce qui est probablement le plus impressionnant est un fait simple : il gagne et il gagne beaucoup. Malgré un calendrier de matchs toujours compétitif au sein de la SUA, il détient un record de carrière en saison régulière de 56-41. Pourtant, c’est à la série éliminatoire où Lawrence a fait sa marque au niveau de U SPORTS, menant les Tigers à un record de 10-6 au cours de ses cinq saisons.

« C’était difficile à prévoir que nous serions si bons, surtout gagnant trois consécutifs (championnats de conférence) » dit Lawrence, qui joue actuellement pour PeU) (Pernion Urheilijat) Basket, concourant dans les divisions A et B de Finlande. « En 2012 je suis venu en voulant me faire une réputation tout en apportant la culture gagnante. »

Je crois que c’est d’où vient ma compétitivité, mon effort et ma détermination - j’essaie simplement de laisser une trace et d’avoir un impact sur les gens autour de moi. 

Lawrence

Le chemin de la réussite ne se déroule pas exactement comme prévu et Lawrence, originaire de Brampton, Ontario, a trouvé cela d’être vrai tôt dans sa carrière.

« Au début, ma relation avec entraineur (Rick) Plato était un peu tumultueuse et il a fallu du temps pour s’habituer à l’un et l’autre, » dit Lawrence à propos de jouer avec le célèbre entraineur de Dalhousie. « Une fois que nous avions réalisé que nous voulions le même résultat et que nous avions harmonisé nos objectifs, les choses se simplifièrent. Nous sommes tous deux devenus plus prononcés, nous communiquions plus et nous savions que notre relation devenait plus forte. Je peux dire honnêtement qu’il fait ressortir le meilleur d’un joueur et je lui parle régulièrement à ce jour. »

Comme Plato, Lawrence a développé une forte relation avec con confrère de cinquième année et chef d’équipe, Ritchie Kanza Mata. 

« Richie est revenue la même année que Plato a pris charge, » se souvient Lawrence. « Comme tous les gens prospères qui travaillent ensemble, nous avons connu des hauts et des bas. »

Ces dernières années, nous n’avions rien à dire sur la cour, nous savions simplement quand nous devions faire un arrêt ou marquer un panier. Nous nous sommes juste regardés et dit, ‘OK, on y va’.

Le Ultime 8 de l’année dernière était un cadeau d’adieu presque parfait. Tandis que les Tigers n’ont pas atteint leur objectif de devenir des champions nationaux, ayant perdu d’un point aux demi-finales et gagné le bronze sur son propre territoire en Halifax resteront avec lui pour le reste de sa vie. Surtout, sa mère a eu l’occasion d’y assister.

« C’était formidable de l’avoir là et c’était effectivement sa première fois à Halifax. La seule fois qu’elle a eu la chance de me voir joué est les matchs de présaison prévus en Ontario, » dit Lawrence. « Plato fait un excellent travail à planifier des tournois conformément à où habitent les joueurs. Mais ce qui a rendu le weekend vraiment extraordinaire était qu’au moment, je ne savais pas si je jouerais professionnellement ou non. Sa présence chez mes matchs finaux potentiels était vraiment géniale. »

Kashrell_Lawrence_1.jpg (102 KB)

Dix mois plus tard, Lawrence fait forte impression sur son équipe professionnelle en Finlande. Le club peut actuellement  se vanter d’un record de 10-4, avec Lawrence enregistrant sa quatrième performance de plus de 20 points. Comme il le décrit, « C’était un parcours avec des hauts et des bas pour me rendre ici, », mais rien ne déstabilise l’ancienne étoile Tigre!

« Pendant tout l’été, j’étais très ouvert à l’idée de jouer professionnellement. J’ai même participé à une présentation en Allemagne, mais rien n’a marché, » dit Lawrence, qui a commencé sa carrière pro avec Kaarina Ura Basket qui fait aussi partie de la ligue finlandaise. « Finalement, j’ai communiqué avec Matt Slan chez Slan Sports Management et il a fait un travail formidable de faire circuler mon nom. »

J’ai commencé à comprendre que c’est un secteur d’activité et qu’on ne sait pas quand sera notre prochain match. Pour moi, ça me motive de jouer encore plus fort.

Lawrence

Bien que U SPORTS est un bon tremplin vers les rangs professionnels, les histoires comme celles de Lawrence et celles d’avant lui sont ce que motivent les joueurs d’aujourd’hui.

Kashrell_Lawrence_2.jpg (14.39 MB)

« Il n’y a pas d’enseignement ici, on doit être prêt à jouer tout de suite, » dit-il, en ajoutant qu’il est reconnaissant de ses années en tant qu’étudiant athlète U SPORTS. « Ici n’est pas un endroit pour s’améliorer – c’est un endroit qui produise. »


Brett_Dickie.png (596 KB)Brett est un étudiant de quatrième année en affaires avec une concentration en kinésiologie à l'Université Acadia à Wolfville, en Nouvelle-Écosse. Un ancien athlète U SPORTS avec le programme de basketball masculin d’Acadia, Brett a étudié pendant six mois à l'Université de Lund en Suède l'année dernière dans le cadre d’un échange. Son expérience comprend la rédaction pour le département des sports d’Acadia et d'autres réseaux sportifs. Brett est actuellement le coordonnateur des médias sociaux pour les équipes de basketball masculin et féminin d’Acadia.