Cross-Country Féminin Nouvelles

Cross-Country Féminin

Les Panthers donnent un nouveau souffle de vie à la course de fond dans la plus petite province du Canada

Alex Cyr

Colin MacAdam s’élance sur la piste du MacAdam Field, la seule surface de course synthétique de la province, nommée en l’honneur de son défunt père.

L’entraîneur de course de plus longue durée de l’Île du Prince Édouard est facilement reconnaissable de loin. Sa silhouette ne trompe pas, en partie grâce à la rectitude de son maintien, de ses bras toujours chargés de matériel d’athlétisme, et de son perpétuel chapeau cloche — et en partie grâce au contexte dans lequel il opère. L’image d’un MacAdam solitaire arpentant les couloirs du pavillon est gravée dans l’esprit de la plupart des passants du campus de Charlottetown, compte tenu du nombre de fois qu’il s’y est promené seul, se remémorant ses jours comme athlète.  

Aujourd’hui, toutefois, il est rarement vu seul.

Ça devient plus achalandé de nos jours.

MacAdam - Entraîneur-chef des Panthers de l’UIPÉ

« Ça devient plus achalandé de nos jours, » dit MacAdam, qui en est à sa troisième année comme entraîneur-chef des Panthers de l’UIPÉ. « Dans le temps où je concourais, dans les années 1970, la course sur l’I.P.E. s’amorçait et s’éteignait selon le cycle des Jeux du Canada. Une fois tous les quatre ans, la piste reprenait vie avec l’arrivée des coureurs, pour se rendormir ensuite jusqu’aux prochains Jeux. Maintenant, chaque année est excitante. » 

L’enthousiasme ou la frénésie dont il parle est le résultat de la croissance des programmes de cross-country et d’athlétisme de l’UIPÉ. Les plus récents membres de la conférence du SUA ont écrit une page d’histoire lorsqu’ils ont formé leur propre programme U SPORTS en 2016, devenant la toute première équipe universitaire de cross-country de l’I.P.É. et prenant d’assaut, du même coup, l’Île paisible. Une province autrefois reconnue comme étant vide de coureurs compétitifs retient et forme aujourd’hui son talent local. Elle a, qui plus est, accueilli son premier événement sanctionné de cross-country à vie le 15 septembre dernier.    

UPEI_2.jpg (69 KB)

« C’est formidable à voir, » dit MacAdam. « La qualité du circuit de course de l’île s’est améliorée au cours des dernières années. Depuis la formation de cette équipe, la course est devenue plus compétitive sur l’île. Les jeunes coureurs n’ont pas besoin de quitter notre province pour participer au sein de U SPORTS et n’ont plus à courir après le succès. Nous pouvons dorénavant répondre à leurs besoins ici même. »

J’étais très excité l’an dernier lorsque Lee m’a approché avec l’intention de venir en aide aux équipes de cross-country des Panthers.

MacAdam n’a pas à regarder plus loin que son propre personnel entraîneur pour dénicher le talent dont il parle. Le nouvel entraîneur adjoint des Panthers, et résident de Charlottetown, est déjà en train d’améliorer le circuit de course provincial et d’établir de nouvelles normes pour ses recrues.

« Lorsque tu as plusieurs excellents entraîneurs, » dit MacAdam, « un programme peut progresser rapidement. Cela a toujours posé un défi, ici sur l’I.P.É., alors j’étais très excité l’an dernier lorsque Lee m’a approché avec l’intention de venir en aide aux équipes de cross-country des Panthers. »  

UPEI_1.jpg (80 KB)

 

Wesselius, un ancien coureur des X-Men de StFX et étoile du SUA à cinq reprises, aujourd’hui âgé de 24 ans, a grandement contribué à la notoriété et à la croissance des Panthers lorsqu’il s’est joint à l’équipe comme étudiant de première année en médecine vétérinaire à l’UIPÉ. Il a mené les Panthers à une médaille de bronze du SUA en 2017. N’étant plus admissible, il court avec les étudiants-athlètes pendant les entraînements et met son expérience au service de l’équipe, visant à lui inculquer une culture gagnante.

« Lorsque je suis arrivé, nous ne nous réunissions pas chaque jour pour l’entraînement, » dit Wesselius, « j’ai commencé à dresser un horaire d’entraînement qui nous permettrait de nous réunir et de travailler ensemble aussi souvent que possible, tout en développant un esprit d’équipe. »

Éventuellement, nous voulons progresser au point où ces mêmes recrues rêveront de venir ici. 

Wesselius

Un vétéran de U SPORTS, le natif de Salisbury, N.B., sait très bien que quoique les Panthers aient fait des pas de géant — trois de leurs coureurs se sont classés dans le Top 12 lors de leur plus récent événement de conférence à l’Université StFX — ils ont toujours un bon bout de chemin à faire avant d’accéder au tiers supérieur du classement.

 « La prochaine étape pour nous sera d’amener un plus grand nombre de coureurs et, éventuellement, d’équipes au championnat U SPORTS, » dit-il. « C’est ainsi que les gens commenceront à nous reconnaître. En ce moment, les meilleures recrues des écoles secondaires visent Guelph et les autres équipes de haut niveau. Éventuellement, nous voulons progresser au point où ces mêmes recrues rêveront de venir ici. »

Jusqu’ici, recruter des autres provinces s’est avéré un défi, mais MacAdam et Wesselius ont connu du succès à recruter localement. Emma Moore, une étudiante de quatrième année en sciences de l’activité physique, de Charlottetown, espère représenter son équipe aux prochains championnats U SPORTS à Kingston, Ontario, le 10 novembre.

Lors des deux derniers championnats du SUA, elle avait fait le saut de la 47e à la 26e place. Cette année, elle vise le Top 10, ce qui la qualifierait pour le championnat national.

Wesselius.jpg (28 KB)

« Au cours de notre première année, nous ne courions que pour nous amuser, » dit Moore. « Maitenant, nous avons plus d’expérience et des meilleures fiches. J’espère que nous serons en mesure d’espérer une médaille (de conférence). »

Moore ajoute qu’en plus, Michaela Walker (qui a récemment transféré de programme d’études) – une ancienne médaillée d’argent du SUA et aspirante U  SPORTS au 1500m en 2017 avec les Tigers de Dalhousie – l’aidera sûrement à mener la charge sur la piste de cross-country.

Mais Moore et Walker en étant à leurs dernières années avec les Panthers, MacAdam entrevoit déjà le prochain défi de l’équipe.  « Nous faisons face à notre première promotion de coureurs et le besoin de les remplacer se fait pressant, » dit-il. « La situation est encourageante : l’an dernier, nous avons recruté le champion provincial en cross-country, Nick Robertson. Ça, ce fut tout un coup ! » 

En plus de pouvoir maintenant offrir aux citoyens de l’île une expérience U SPORTS ici même, nous pouvons en outre garantir à nos athlètes une attention individuelle et la chance de courir au sein de notre Top 7. 

MacAdam

En retenant et en formant des talents locaux, tels que Moore, Walker, et Robertson, la scène de course de l’équipe et même de la province s’annonce prometteuse.  

« Je crois que ces coureurs réalisent que nous avons beaucoup à offrir, » dit    MacAdam. « En plus de pouvoir maintenant offrir aux citoyens de l’île une expérience U SPORTS ici même, nous pouvons en outre garantir à nos athlètes une attention individuelle et la chance de courir au sein de notre Top 7. »

With those incentives in mind, the team’s head coach is confident he will not be walking around the track by himself again for a long time, if ever.

“For a program to survive, people have to look at it as if it will be there forever,” he says. “And there is no question in my mind that this one will last.”


Alex_Cyr.png (480 KB)Alex est un étudiant de deuxième année en maîtrise de sciences de l’activité physique à l'Université de Windsor, où il participe à des competitions de cross country et d’athlétisme avec les Lancers. Alex a écrit pour Canadian Running Magazine, ainsi que pour la nouvelle société de médias de sports d'endurance, WELLE stories; il publie aussi des blogues pour le populaire site web canadien de cross-country et d’athlétisme, trackie.com. Son premier livre “Runners of the Nish” raconte l'histoire de sa dernière année passé à courir avec les X-Men de l’Université St. Francis Xavier, et a été publié en juillet 2018.