Basketball Féminin

Football Masculin Nouvelles

Coupe Vanier

Quarante-quatre ans au sifflet : Walter Berry est fin prêt pour la 54ème Coupe Vanier

Matt Scace

La première fois que Walter Berry a porté l’uniforme à rayures noires et blanches fut le fait d’un heureux hasard.

Il était un jeune homme de 15 ans, candide et dingue de football, aidant l’entraîneur d’une équipe de ligue mineure. Un jour, les officiels ne se sont pas présentés au match.

« Comment annoncer à un groupe d’enfants de huit ou neuf ans que le match est annulé ? », raconte Walter. « Comme j’étais le plus jeune des entraîneurs… ils m’ont dit ‘Tiens, voilà un drapeau et un sifflet’ ».

C’était en 1975.

Plus de quarante ans et des milliers (voire des millions) de coups de sifflets et drapeaux jetés plus tard, Walter Berry va, ce samedi, être l’officiel en chef de la 54ème Coupe Vanier présentée par Promutuel Assurance. Cela sera probablement son dernier match sur la scène nationale, car Walter envisage de prendre sa retraite d’arbitre à la fin de la prochaine saison.

Walter_Berry_2.jpg (141 KB)

La carrière d’arbitre de Walter Berry aura duré 44 ans. Presque un demi-siècle de dure labeur et sacrifices, mais toujours au nom du sport qu’il chérit depuis l’âge de cinq ans.

« J’ai dit ‘Oui, ça me plaît vraiment’ », raconte Walter, se rappelant des moments ayant suivi son tout premier match. « Et j’ai juste continué de le faire ».

Arbitrant des matchs de ligues de niveau inférieur au Québec jusqu’en 1989 tout en travaillant à temps plein, Walter a ensuite pour la première fois fait un bond dans un match U SPORTS. Bien qu’il continuât d’arbitrer des matchs de niveau inférieur, tout comme l’ensemble des arbitres à travers les quatre conférences U SPORTS, ceci fut un tournant important dans la carrière de Walter.

Dix ans plus tard, en 1999, il a franchi l’étape ultime de la LCF. Il y a arbitré jusqu’en 2006, puis a décidé de revenir au football universitaire afin de diminuer sa charge de travail. Il a depuis conservé son poste parmi les 24 officiels du RSEQ et tient le rôle d’éditeur et interprète des règles pour Football Canada. Alors que Walter Berry a toujours travaillé à temps plein, il ajoute qu’arbitrer a toujours semblé être un deuxième emploi à temps plein.

« Soyons réalistes, la seule façon de faire, c’est de lire les règles, apprendre les mécanismes, arbitrer, faire des erreurs et apprendre de ses erreurs. »

Walter Berry

Une grande partie de ce métier se rapproche de ce que les athlètes U SPORTS et de la LCF endurent pour s’assurer une carrière couronnée de succès. Walter est arrivé au niveau U SPORTS après 14 ans de carrière en tant qu’officiel. Et, selon Dino Marzinotto, arbitre en chef du RSEQ, c’est en moyenne le temps qu’il faut pour atteindre ce niveau.

« Je dirais (que ça prend) au moins 10 ans », explique Dino Marzinotto. « Mais il y a des exceptions, quand ils sont talentueux ».

Dino raconte que les arbitres, pour pouvoir officier un match entre deux équipes U SPORTS, doivent tout d’abord passer par trois étapes les menant à travers chaque niveau du football junior canadien. Après avoir atteint le niveau du football universitaire canadien, la performance en match de certains d’entre eux est évaluée par des employés de la LCF, qui déterminent s’ils disposent des qualités requises. De manière générale, il faut compter deux à trois ans pour qu’un arbitre ait accès à la LCF.

« S’ils se démarquent, on leur ouvrira les portes du niveau universitaire. Beaucoup ne sont pas prêts à s’engager et ne veulent pas le faire ; c’est pour ça. C’est comme tout, c’est un métier ».

Dino Marzinotto

Dino précise en outre qu’arbitrer les matchs des étudiants-athlètes canadiens est une culture unique. Pour les officiels U SPORTS, arbitrer est une histoire de cœur ».

« Ce qui est bien, c’est qu’on aime ce qu’on fait », poursuit Marzinotto. « (Les officiels U SPORTS) ce sont des gens bien, parce qu’ils font preuve de dévouement envers leur rôle d’arbitre de football ».

A la veille de sa dernière année sur le terrain, Walter porte un regard satisfait sur sa carrière. Son amour du sport prend l’avantage sur son désir d’arbitrer et il sait qu’avec sa communauté d’officiels, le football canadien est entre de bonnes mains.

Water_Berry.jpg (91 KB)

« Ces 44 années ont été exceptionnelles », conclut Walter. « J’adore ce que je fais et je ne changerai pour rien au monde ».

Le botté d’envoi pour la 54e Coupe Vanier présentée par le Groupe Promutuel, entre le Rouge et Or de l’Université Laval et le Mustangs de Western, est prévu à 13 h. HE/10 h HP, samedi au Stade TELUS-Université Laval à Québec. Le match sera présenté à Sportsnet 360, et TVA Sports, précédé par un spectacle préouverture à 12 h 30 HE/9 h 30 HP. On peut également visionner le match en ligne sur Sportsnet NOW et TVASports.ca.

Vous pouvez aussi suivre le match en coulisses sur les médias sociaux de U SPORTS @USPORTSca et @USPORTS_fb sur Twitter, @USPORTSca sur Instagram et @USPORTSCanada sur Facebook.


Matt_Scace.png (135 KB)Matt est un étudiant en troisième année d’anglais à l'Université Queen's à Kingston (Ontario). Son intérêt pour le journalisme sportif provient de sa passion pour raconter des histoires basées sur les thèmes de l'adversité et de la force, et il est actuellement le rédacteur sportif de The Queen’s Journal, le journal des étudiants de Queen’s. Matt a extrêmement hâte de se plonger dans le monde de U SPORTS.