Hockey Féminin Nouvelles

Hockey Féminin

Faites connaissance avec vos entraîneurs de U SPORTS : Chris Larade, Saint Mary’s Huskies

L’équipe U SPORTS

Tout au long de la saison 2017-2018, U SPORTS s’entretiendra avec un athlète, un entraîneur, et un membre du personnel clés de chacun de ses programmes sportifs dans le cadre de notre nouvelle série d’entrevues « Faites connaissance avec… ».

larade_c.png (75 KB)

Nom : Chris Larade
École : Saint Mary’s University
Sport : Hockey féminin
Position : Entraîneur-chef
Ancienneté : Septième saison
Ville natale : Cheticamp, N.E.

 

1. Comment en êtes-vous venu à entrainer pour la première fois ? Quel a été votre parcours jusqu’à ce poste d'entraîneur-chef à Saint Mary’s University ? 

Je me suis impliqué dès 11e année au secondaire avec le programme local Timbits et quelques cours de patinage intensifs. Après quelques années de congé, je me suis ensuite engagé dans le hockey au niveau peewee et bantam masculin dans mes dernières années à l'université. Ma dernière équipe de garçons avait trois filles que j'aimais vraiment entraînées et ma future femme, qui jouait au hockey universitaire féminin à l'époque, m'a encouragé à m'impliquer du côté féminin au niveau de la branche avec Hockey Nova Scotia.

J'ai passé une année avec le programme féminin StFX et après avoir obtenu mon baccalauréat en éducation, j'ai occupé un poste d'entraîneur-chef avec le programme midget AAA Metro Boston Pizza de la NSFMHL, et j'ai passé trois saisons avec ce programme. Après de nombreuses années au niveau de la branche et des Jeux du Canada, le poste s'est ouvert ici à Saint Mary’s University (SMU) et j'ai sauté dessus, transférant de la profession d'enseignant. 

ks6xoahy1fk2gjwe.jpg (77 KB)

2. Qui sont les gens qui vous ont le plus influencé en tant qu'entraîneur ?

Je ne sais pas si je pourrais identifier un individu en particulier. Beaucoup de gens m'ont aidé à devenir l'entraîneur que je suis aujourd'hui. Je pense qu'il s'agit plutôt de prendre (ou de voler) des traits de personnes avec lesquelles vous travaillez. Aussi, je lis beaucoup et je passe du temps à étudier et à regarder ce que les entraîneurs de la LNH font et ce genre de choses. Je pense que les livres m’influencent plus que n'importe quoi. 

3. Comment décririez-vous votre style de coaching ? 

Je dirais (et j'espère que mes joueuses sont d'accord) que je suis un entraîneur très exigeant qui s'attend à ce que tout le monde s’améliore chaque jour. J’aspire d'avoir un bon mélange de plaisir et de travail, et j'essaie vraiment de combiner les deux autant que possible. Je sais que je peux être difficile à plaire ou à impressionner, mais mes joueuses ainsi que leur développement sur et hors glace me tiennent à cœur et je fais de mon mieux pour les aider dans tous ces aspects. Mon but est de tirer le meilleur parti d'elles et de les aider à réaliser à quel point elles peuvent être formidables. 

 

4. Quel entraîneur admirez-vous le plus et pourquoi ?

Un couple me vient à l'esprit, et je suppose que ce n'est pas une coïncidence de voir le progrès de leurs équipes cette année. Je ne suis certainement pas un admirateur des Leafs, mais Mike Babcock est un excellent modèle en ce qui concerne la façon d'aborder la vie, le travail en tant qu'entraîneur / joueuse et le sport tous les jours. Il a une excellente perspective envers les choses et ses attentes pour son équipe sont élevées.

L'autre serait John Cooper de Tampa Bay Lightning. Il semble avoir une bonne compréhension des capacités de ses joueuses et il a vraiment l'air d'apprécier son travail tous les jours, quelque chose que je suis sûr est transmit à ses joueuses. 

5. Quelle est la chose la plus inconventionnelle que vous ayez faite en tant qu'entraîneur ? 

Nos filles pourraient dire que je suis rarement conventionnelle.

Je pense que je devrais revenir à ma première année ici à SMU. Nous étions vraiment en mode de reconstruction et à quelque chose comme 1-17-1 à la fin de janvier. Les filles étaient au vestiaire un mardi matin pour s'entraîner et j'ai envoyé notre capitaine pour leur dire d'enlever leur équipement. Je leur ai ensuite dit que nous allions faire du bowling. Pour moi, il n'y avait aucun sens à passer une heure à harceler les mêmes choses sur la glace. Je voulais juste que les joueuses se détournent un peu et s'amusent ensemble.

Il s'avère que nous n'étions pas meilleurs au bowling ! 

6. Quel est votre plus grand moment ou votre plus belle réussite en tant qu’entraineur ? 

Je suis fier d'avoir été récipiendaire du prix d’entraîneur de l'année U SPORTS au cours des deux dernières saisons, simplement parce que c'est le reflet des équipes et des gens que j'ai joués ici pour moi.

Pour moi, il n'y a pas de prix individuel, et le prix d'un entraîneur en est le meilleur exemple de cela. Cela dit, notre médaille de bronze nationale en 2016 est sans aucun doute le top, parce que pour moi, ce n'était que quatre ans après notre saison 1-22-1 et c'était vraiment le point culminant de toutes les filles qui ont mis l’effort et ont fait un impact sur notre programme.

7. Quel est le meilleur conseil que vous pouvez donner à un athlète ou à ses parents ?

Je pense que pour les joueuses, ce serait une combinaison de deux choses :

Premièrement, observez autant que possible les meilleures joueuses du monde et apprenez tout ce que vous pouvez sur la façon d'aborder le jeu, de vous préparer et de concourir chaque jour pour ce que vous voulez.

Deuxièmement, soyez honnête avec vous-même et discipliné dans les choix que vous faites chaque jour, car ils ont tout un impact sur votre développement. Vous ne pouvez pas attendre aux meilleurs résultats sans faire de votre mieux pendant la préparation.

Pour les parents, c'est facile : laissez les enfants jouer, c’est essentiel. Les gens sont tellement obsédés par les comparaisons et les camps, et ce truc de hockey toute l'année. C'est fou. Pour être une bonne joueuse de hockey aujourd'hui, il faut être un bon athlète. 

8. Comment avez-vous changé en tant qu'entraîneur au fil du temps ? Quels principes / quelles valeurs sont restées identiques ? 

J’aimerais croire que j'ai une meilleure perspective sur les victoires et les pertes et une meilleure appréciation du processus ou du parcours d'une saison entière. Avoir une petite fille active de trois ans aide à garder l’esprit positif lors d'un mauvais jeu ou pratique. Je ne pense pas avoir changé mes attentes vis-à-vis de mes joueuses.

9. Qu’aimez-vous faire lorsque vous n'êtes pas en train de coacher ?

Ma femme dirait « il aime regarder le hockey ». Elle ne se trompe pas, je suppose. Ma défense est toujours que je veux juste continuer à apprendre. J'aime sans doute passer du temps avec ma famille. Notre fille devient rapidement la personne que j'admire le plus, en raison de l'effort, de la concentration et de la détermination qu'elle met dans tout ce qu'elle fait. C'est contagieux.

Comme la plupart des gars de hockey, j'aime jouer au golf en été et lire un peu pour me détendre. 

10. Quelle est la chose la plus embarrassante qui vous est arrivée en tant qu’entraineur ?

Il y a eu beaucoup. Je suis sûr que mes joueuses auraient une liste quelque part.

La seule chose qui était très embarrassante (même si ça s'est bien passé avec un bronze de U SPORTS) était le matin de notre match pour la médaille de bronze à Calgary.

Nous avons joué à 8 h 45, ce qui était ridicule au départ, et je suppose qu’à cause des demi-finales tard de la nuit précédente, et des émotions de tout cela, je ne me suis pas assuré de programmer notre petit-déjeuner d'avant-match à plus tôt, car tout notre itinéraire était fixé pour être en finale.

Je suis descendu à la salle de conférence à 6 heures du matin et notre repas était toujours prévu pour 9 heures sur le tableau. J'ai remarqué sur mon téléphone que mon courriel au sujet de changer l'heure n'a jamais été transmis au personnel de notre hôtel, et la panique s'est installée. Je me suis dit que je venais de nous coûter une chance d'obtenir une médaille nationale.

J'ai fini par courir de l'autre côté de la rue à McDonald's et commander environ 30 de tous les articles de petit déjeuner qu'ils avaient. Le personnel était irréel et ils ont traité cette commande en un rien de temps. Heureusement pour moi, nos joueuses étaient vraiment contentes, certaines peut-être un peu trop. Elles avaient un repas-minute pour le petit déjeuner. Je pense que plus que toute autre chose, cela a aidé à garder le groupe lâche et cela a fonctionné en notre faveur.

Le problème maintenant c’est qu’elles plaisantent toujours et disent que nous sommes invaincus quand nous avons McDonald pour notre repas d'avant-match.