Hockey Masculin Nouvelles

U-Sports-Logo-contained.png (5 KB)

Le joueur des Gryphons de Guelph, originaire du Danemark, obtient une seconde chance contre l'équipe canadienne junior

Lors du Championnat du monde de hockey junior 2015, Mikkel Aagaard, alors âgé de 19 ans, avait enfilé le «C» tant convoité sur sa poitrine, et avait mené le Danemark au milieu d’une fosse aux lions remplie d’adversaires pleins de talent.

Aagaard et l'équipe danoise s’étaient retrouvés en compétition contre des noms reconnus tels que Connor McDavid, David Pastrnak et William Nylander, qui sont tous considérés comme les meilleures et les plus brillantes étoiles du monde du hockey.

À present, en tant que membre des Gryphons de Guelph et de l'équipe des étoiles de U SPORTS, Aagaard a une nouvelle opportunité de jouer contre l'équipe même qui l'avait battu il y a cinq ans. Aux côtés des meilleurs joueurs du hockey universitaire canadien, les étoiles de U SPORTS livreront bataille lors d’une série de deux matchs à Oakville, en Ontario, contre le contingent des jeunes de l’équipe Canadienne junior de cette année, qui tous espèrerent faire partie de l'alignement final.

«C'est un peu différent. Évidemment, je suis vraiment excité à ce sujet. Je suis très honoré de représenter Guelph lors de la série (des étoiles de) U SPORTS. Mais cette fois-ci, c'est dans des circonstances différentes », a expliqué Aagaard. «Nous avons quelques années d’avance sur eux, alors qu’auparavant (avec le Danemark), nous savions que nous étions l’équipe donnée perdante, et que ça allait être un match difficile à gagner. C'est un sentiment un peu étrange, mais vraiment excitant aussi.»

Aagaard_-_Denmark_World_Jrs.JPG (31 KB)

Être le capitaine de l'équipe du Danemark lors du Championnat du monde junior 2015 qui s'était tenu à Toronto et à Montréal est l'un des nombreux faits saillants de la carrière du centre de 24 ans, qui possède déjà un long curriculum vitae sur le plan international et professionnel. Au cours du tournoi, le Danemark, nouvellement promu, s’était fait remarquer en se qualifiant pour les quarts de finale, surprenant de nombreuses personnes avec une victoire passionnante lors des tirs aux buts contre la Suisse - un moment que Aagaard n'oubliera pas de sitôt.

«C'est probablement l'un des moments préférés de ma carrière de hockey jusqu'à présent», a déclaré Aagaard. «En commençant le tournoi, nous savions de toute évidence que nous étions l'équipe donnée perdante d’avance. Nous savions que nous devions vraiment bien jouer pour causer des dégâts dans le tournoi.»

Au cours du match contre la Suisse, Aagaard a marqué un but décisif égalisateur en fin de seconde période. Le match s’était finalement terminé par des tirs aux buts au cours desquels les jeunes Danois avaient battu leurs adversaires lors de la palpitante fin de la phase des groupes du tournoi.

«Battre la Suisse, pour nous cela signifiait rester en tête de notre groupe et atteindre les quarts de finale. Ce match était super important pour nous », a expliqué Aagaard. «Ça a été une sensation incroyable de marquer un but, mais aussi de marquer un but dans un tel contexte et un but si important à ce moment-là. Lorsque j’y repense à présent, c'est un sentiment mémorable et vraiment spécial.»

Avant le feu des projecteurs de la scène internationale des championnats du monde juniors, la carrière de hockey d'Aagaard avait pourtant débuté modestement.

Aagaard2.jpg (3.75 MB)

Ayant grandi dans la petite ville de pêcheurs de Frederikshavn, au Danemark, Aagaard avait l’habitude de regarder Mads, son frère aîné, jouer, tandis que leur père se tenait derrière le banc.

«Quand j’étais jeune, mon frère jouait; il a trois ans et demi de plus que moi. J'étais toujours à la patinoire, je l’accompagnais toujours lors de ses voyages de hockey », s’est souvenu Aagaard, en se rappelant de son introduction au hockey. «Moi et (ma) mère, nous voyagions avec eux à chaque fois qu’il jouait. Juste pour être là, le soutenir et être derrière lui.»

Quand cela a été à son tour d’enfiler les patins, Aagaard a commencé  par jouer dans des équipes avec des enfants plus âgés –  une conséquence du fait d’avoir été élevé au sein d’une petite communauté.

«J'ai pratiquement toujours joué avec des joueurs âgés d’un an de plus que moi. J'ai eu la chance de pouvoir toujours jouer avec des joueurs plus âgés», a-t-il expliqué. «Et aussi, comme je faisais partie d'une petite ville, il n'y avait de toute évidence pas beaucoup de joueurs, donc j'ai eu beaucoup de chance de pouvoir jouer pendant quelque temps à un niveau au-dessus.»

À l'âge de 16 ans, Aagaard a signé un contrat professionnel de deux ans avec l’équipe de sa ville natale, les White Hawks de Frederkishavn de la Ligue d’élite danoise.

Au fur et à mesure de son développement au sein du système des White Hawks, il est devenu clair pour Aagaard que, pour faire passer son jeu au niveau supérieur, il allait devoir venir jouer  et participer à des compétitions en Amérique du Nord.

En 2014, Aagaard a signé un contrat junior avec les IceDogs de Niagara au sein de la Ligue de hockey de l'Ontario (LHO). Il a ensuite joué deux saisons au sein de la LHO pour le compte des IceDogs et pour les Sudbury Wolves.

Aagaard3.jpg (253 KB)

Après sa carrière en junior, Aagaard a signé avec l'organisation des Flames de Calgary, jouant pour les Thunder de l’Adirondack de l'ECHL (Ligue de la côte Est) et leur affilié de la Ligue américaine de hockey (LAH), le Heat de Stockton.

Venant de la LHO, il y a eu une période d'ajustement à la fois sur et en dehors de la glace. Afin de passer du stade d’avoir à faire sa propre lessive, à celui de jouer au sein d’une ligue d'hommes mûrs et adultes, Aagaard a dû s'adapter.

«Rien ne vous est remis clé en main, vous êtes tout seul pour tout. Pour moi, cela a été un ajustement», a-t-il déclaré. «Et aussi, être âgé de seulement 20 ans et jouer pro, c’était différent. Beaucoup de gars avec qui je jouais étaient bien plus âgés que moi. Vu que j’étais le jeune joueur qui n’arrivait pas directement de la LHO, j'étais le gars de choix. Obtenir un rôle différent dans une équipe différente ... m'habituer à cela a été le plus grand changement pour moi.»

Aagaard est maintenant le capitaine des Gryphons de Guelph, et encore une fois le joueur de choix. La saison dernière, il a mené les SUO en termes de score lors des séries, avec huit buts et 16 points en neuf matchs.

Aagaard est tombé immédiatement amoureux du campus vaste et vert de Guelph. Une partie de sa décision de s'inscrire là-bas a été due à ce campus pittoresque, mais la raison qui a joué le rôle le plus important dans sa décision finale a été la presence de Shawn Camp, l'entraîneur du programme de hockey.

«Je ne peux dire que du bien de Shawn. C’est un excellent entraîneur et une personne encore meilleure », a déclaré Aagaard à propos de Camp, qui en est à sa 13e saison en tant que chef du banc de Guelph et a été entraîneur-chef des étoiles de U SPORTS en 2015. «Il aide énormément tous les gars. Que ce soit pour l'école, pour le hockey ou pour toutes les autres choses de la vie.»

Camp pense qu'Aagaard est un choix parfait pour aider à mener l'équipe des étoiles vers le succès.

«Aagaard est un merveilleux candidat pour l'équipe car c’est un joueur absolument complet», a expliqué Camp. «C'est un joueur sur 200 pieds, au sens où il joue vraiment bien des deux côtés de la rondelle.»

Aagaard1.jpg (187 KB)

Lorsqu’il était enfant, Aagaard essayait d'imiter son frère Mads.  En grandissant et en prenant de la matûrité, le centre a modelé son jeu sur le capitaine des Maple Leafs de Toronto, John Tavares, surtout en ce qui concerne l’équilibre de son jeu des deux côtés de la glace.

«J'essaie d’être un leader et de montrer l'exemple », a déclaré Aagaard. «Mais aussi vraiment de m’occuper de jouer un match sur 200 pieds, de faire du fait de jouer en défense ma première priorité, et de savoir que toute l'attaque suivra par la suite.»

Aagaard, qui a accumulé 24 points en 16 matchs avec les Gryphons cette saison, cherchera à amener son match de 200 pieds sur la glace lorsqu'il affrontera les joueurs de l’équipe canadienne junior pour la deuxième fois.

Le capitaine des Gryphons espère obtenir un résultat différent contre les Canadiens, qui avaient dominé le Danemark par un score de 8-0 il y a près de cinq ans. Cette fois-ci, il est content de faire partie d'un aspect différent du processus – un aspect du processus qui aidera le Canada à sélectionner l’alignement final de son équipe, tout en mettant en valeur l’ensemble des talents existant au niveau U SPORTS.

«Je veux juste profiter du moment présent et en apprécier chaque seconde», a-t-il déclaré. «C'est une chose spéciale de faire partie d'une équipe d'étoiles et, bien évidemment, ce serait amusant de (battre) Équipe Canada.»

La série des étoiles de hockey masculin U SPORTS débute au Complexe sportif Sixteen Mile à Oakville mercredi à 17 h HE  / 14 h HP. La diffusion en direct est disponible sur USPORTS.LIVE.