Volleyball Féminin Nouvelles

Volleyball Féminin

Casault, de l’Alberta nommée joueuse de l’année

L’équipe U SPORTS

TORONTO – Meg Casault, une attaquante de cinquième année des Pandas de l’Alberta, a été nommée joueuse de l’année de U SPORTS en volleyball féminin, jeudi soir.

Étudiante en éducation physique et loisir originaire d’Edmonton, Casault est la première représentante des Pandas à recevoir le prix Mary Lyons depuis Tiffany Dodds à la saison 2006-2007. C’est au cours de cette même année que les Pandas ont mis la main sur leur cinquième et plus récent titre national en volleyball féminin. 

Les autres gagnants des prix U SPORTS annoncés durant le Gala des étoiles canadiennes sont les étudiantes-athlètes de McGill Claire Vercheval, qui a reçu le prix Mark Tennant (recrue de l’année) et Myriam Robitaille, récipiendaire du prix Thérèse Quigley (étudiante-athlète engagée dans son milieu); ainsi que Rick Scott, de Dalhousie, nommé entraîneur de l’année. 

Le Championnat du monde de volleyball féminin de U SPORTS 2017, présenté par Jason Rinaldi et organisé pour la première fois par l’Université Ryerson, commencera vendredi au Centre athlétique Mattamy au centre-ville de Toronto et se conclura dimanche par le match pour la médaille d’or, prévu pour 16 h, HE. Tous les matchs de ce tournoi à huit équipes seront webdiffusés en direct sur USPORTS.LIVE.

 

PRIX MARY LYONS (joueuse de l’année) : Meg Casault, Alberta 

Une attaquante des Pandas de l’Université de l’Alberta, Meg Casault, a reçu le prix Mary Lyons à titre de joueuse de volleyball féminin de l’année.

Casault est la première porte-étendard des Pandas à gager le titre de joueuse de l’année depuis Tiffany Dodds, qui avait accompli cet exploit en 2007. C’est également la dernière fois où les Pandas ont gagné le championnat national.  

La native d’Edmonton en Alberta a réussi 327 attaques marquantes à sa dernière année avec les Pandas et a brisé le record de tous les temps de Canada Ouest plus tôt cette saison en réalisant sa 1255e attaque marquante en carrière. Ce jalon a surpassé un ancien record de conférence vieux de 11 ans établi par l’ancienne étudiante et joueuse par excellence des Pandas, Tawana McLeod (née Wardlaw), mettant fin à sa carrière avec un total de 1321 attaques marquantes à son actif. 

Les 327 attaques marquantes réalisées par Casault, soit environ 3,94 attaques marquantes par manche, constituent le sixième total le plus élevé de la nation. L’étudiante en éducation physique et loisir a également réussi 193 récupérations et 28 as cette année.

« Meg est une lauréate immensément méritante du prix de l’athlète de l’année », a déclaré l’entraîneure-chef de l’Alberta, Laurie Eisler. « Depuis sa première année dans l’équipe, elle a démontré une grande amélioration dans chaque aspect du jeu en raison de son humilité et de son engagement à l’égard de l’amélioration continue. Elle est non seulement une leader sur le terrain, mais elle est aussi une des capitaines de notre équipe en plus d’être une source d’inspiration pour tous ceux qui ont le plaisir et l’honneur de travailler avec elle. »

Les autres candidates étaient Marie-Alex Bélanger de Montréal, Alina Dormann de Toronto et Jill Snow de Memorial.

 

PRIX MARK TENNANT (recrue de l’année) : Claire Vercheval, McGill

 WVBALL_Claire_Vercheval.png (272 KB)


Claire Vercheval, une puissante attaquante de 6 pi 2 évoluant au sein des Martlets de McGill, a été choisie comme la meilleure recrue du RSEQ, devenant ainsi la première étudiante de première année de McGill depuis 2006 à remporter les honneurs de la conférence. L’étudiante en éducation physique de 21 ans, originaire de Sainte-Julie au Québec, a commencé les 20 matchs de la saison et occupe le quatrième rang au classement des meneuses en ce qui concerne le nombre de points par manche (3,33) et d’attaques marquantes (2,84) par manche.

Elle occupe également le quatrième rang dans l’équipe au chapitre des passes (1,74), du pourcentage des attaques marquantes (19,4) et de l’efficacité des attaques marquantes (16,4). Elle est classée à la sixième place pour ce qui est des services gagnants, avec une moyenne de 0,17 par manche. Sur le plan défensif, elle a été la troisième dans l’équipe au chapitre des récupérations (1,93) et des contres (0,47) par manche.

« Après s’être ajustée à la vitesse du jeu au niveau universitaire au premier semestre, Claire s’est améliorée de façon significative à mesure qu’avançait la saison et est devenue une de nos principales attaquantes », a commenté l’entraîneure-chef de McGill Rachele Beliveau. « Elle a réalisé une moyenne extraordinaire d’attaques marquantes par match pour une joueuse de première année. À mesure qu’elle gagne en expérience et en maturité, elle développe son potentiel pour devenir une leader dominante sur le terrain. »

Les autres candidates étaient Kearley Abbott du Manitoba, Melissa Langegger de Western et Kristen Burns de l’UNB.

 

PRIX MARILYN POMFRET (entraîneur de l’année) : Rick Scott, Dalhousie

 4jphrl4a98soxjox.jpg (55 KB)


Actuellement à sa neuvième saison avec les Tigers, Rick Scott a fait un travail exceptionnel dans le développement de ses joueuses et du programme, ayant gagné cinq championnats consécutifs de SUA. Il a mis sa grande passion et son énergie au service de l’équipe, ainsi que son expérience marquée par de nombreux succès. Nommé entraîneur de l’année de SUA à trois reprises (2013, 2015 et 2017), Scott été choisi comme entraîneur de l’année de l’Université Dalhousie pour deux saisons d’affilée (2012-2013 et 2013-2014). 

Sous sa direction, les Tigers ont conclu la saison régulière avec une fiche de 19-1 et en tête des classements de SUA, avant de gagner leur cinquième championnat de conférence consécutif par 2-0.

Le pourcentage d’efficacité à l’attaque de Dalhousie, soit ,187, était le meilleur de la conférence de l’Atlantique. Les Tigers ont également mené SUA au chapitre des récupérations, avec une moyenne de 18,87 par manche. Leur performance, avec 11,35 attaques marquantes par manche, 11,20 passes décisives par manche, 2,03 contres par manche et 1,53 point par manche, était la deuxième meilleure de la ligue.

« Rick a eu un impact incroyable sur notre programme de volleyball féminin et sur le sport du volleyball dans notre région », a indiqué le directeur des sports de Dalhousie, Tim Maloney. « Son leadership et ses infatigables efforts ont offert une formidable plateforme pour le succès de notre équipe. Nous sommes chanceux que Rick fasse partie de la famille des Tigers. »

Les autres candidats étaient Olivier Trudel de Montréal, Laurie Eisler de l’Alberta et Kristine Drackich de Toronto.

 

PRIX THÉRÈSE QUIGLEY (étudiante-athlète engagée dans son milieu) : Myriam Robitaille, McGill

pwgr0a8fpv79wi20.jpg (87 KB) 


Myriam Robitaille, une joueuse de centre de six pieds des Martlets de McGill Martlets, est la deuxième de son équipe au chapitre des points (3,23) et des attaques marquantes (2,15) par manche tout en menant la formation en ce qui concerne les as (0,40) par manche. L’athlète de 22 ans originaire de Terrebonne au Québec est une étudiante de troisième année en langues et littérature française. Elle représente l’équipe au conseil universitaire de McGill, en plus de faire du bénévolat pour le Défi Canderel, une initiative de collecte de fonds pour la recherche sur le cancer. Elle est également engagée auprès de Head & Hands, une organisation œuvrant dans la santé physique et mentale des jeunes. Robitaille met bénévolement son temps comme traductrice à la disposition du « Camp de rock pour fille », une organisation qui encourage l’apprentissage et la musique par l’autonomisation et le renforcement communautaire. Robitaille a également siégé au conseil de direction du Symposium de recherche sur la durabilité à McGill, un atelier annuel dont l’objectif est de rendre le campus plus vert d’un point de vue environnemental, social et économique.

« Myriam est notre capitaine, et elle fait preuve d’un leadership remarquable tant sur le terrain qu’en dehors de celui-ci », a commenté Beliveau. « L’intensité et la détermination font partie de ses plus grandes qualités. En plus des innombrables heures qu’elle passe au gymnase, elle trouve quand même du temps pour s’engager dans de nombreux projets culturels, et elle s’y épanouit. Son énergie et son attitude positive sont réellement contagieuses et elle le démontre chaque fois qu’elle se présente sur le terrain. »

Les autres candidates étaient Robyn Potolicki de Mount Royal, Rachelle Lemoine de Moncton et Madelyn Mandryk de Toronto.