Prix Nouvelles

Prix

Une vie pleine de dévouement: humilité et passion pour Jason Hills, le journaliste de Postmedia spécialisé dans les sports universitaires canadiens

Declan Riley

Le sport est l’un des concepts les plus purs qui ait été développé. Pour certains, le sport est un hobby, pour d’autre, c’est un moyen d’évasion, et pour quelques chanceux, le sport, c’est toute leur vie. Pour Jason Hills, journaliste freelance de Post Media Edmonton, le sport représente tout.

Dès son plus jeune âge, le sport a été pour lui un moyen d’évasion. Regarder des heures et des heures de sport a permis à Hills de développer un exutoire et de gérer son traumatisme d’enfance, à savoir le fait d’avoir perdu ses deux parents dans un accident de voiture causé par une personne ayant conduit un véhicule avec des facultés affaiblies. Avec autant dévénements à gérer dans sa tête, le sport lui a apporté l’exutoire que des millions de personnes utilisent chaque jour; cest-à-dire le fait d’être “pris par le jeu.”

“Je me rapelle du temps où je regardais les sports et les jeux avec ma grand-mère, jusqu’à tard, bien après l’heure à laquelle j’étais censé aller me coucher, et aussi de comment j’étais autorisé à rester éveillé, parce que ma grand-mère savait ce que cela représentait pour moi,” explique Hills, qui a remporté lundi soir le Prix Média Fred Sgambati lors du gala des Prix BLG / U SPORTS, en reconnaissance de ses contributions majeures pour le développement et la croissance du sport universitaire canadien.

Plus tard, lorsque Hills est devenu un jeune homme, comme beaucoup de jeunes gens de son âge, il a commencé à s’impliquer dans les sports à l’école. Lorsque Hills a commencé à jouer, son rêve d’aller à l’université et de s’impliquer avec une équipe universitaire est devenu réalité.

“Je n’ai jamais été une étoile,” dit-il, repensant au temps où il pratiquait le sport au secondaire. “J’avais de l’expérience, j’étais athlétique, et j’avais l’esprit d’équipe, mais je n’ai jamais été une super star – juste un bon gars.”

Après avoir gradué du secondaire, Hills a réalisé que l’athlétisme universitaire n’allait peut-être pas être à sa portée, mais il était cependant toujours bien déterminé à laisser le sport jouer un rôle majeur dans sa vie; il a donc choisi d’aller à Lethbridge College pour son programme de journalisme. En couvrant les matchs des équipes de volleyball et de basketball, Hills a vite réalisé qu’il pouvait se créer une niche dans le domaine du journalisme sportif, et a, depuis, écrit de nombreux articles liés à ce thème.

edit4.JPG (324 KB)

En 2007, Hills a rejoint le Edmonton Sun où on lui a confié la rubrique des sports “amateurs”, et où il a rédigé plusieurs unes en couvrant les Golden Bears de l’Alberta et les Pandas, ainsi que les programmes d’athlétisme de MacEwan Griffins. Hills a aussi commencé à travailler sous la houlette de l’éditeur sportif et actuel responsable de l’information sportive de MacEwan Jefferson Hagen, ce qui lui a très bien convenu.

edit3.JPG (352 KB)

“Jason fait partie des supporters les plus passionés des sports post-secondaires au Canada,” explique Hagen, qui remis le Prix Média Sgambati à Hills ce lundi. Cela se ressent au travers de l’excellente qualité de ses articles et dans la manière dont il couvre les manifestations sportives U SPORTS, la conférence d’athlétisme des collèges de l’Alberta à Edmonton, et bien d’autres choses encore.”

edit2.JPG (267 KB)

Hills a été un acteur majeur dans le domaine de la couverture médiatique de l’athlétisme universitaire à Edmonton au cours des dix dernières années. Car il peut passer de longues heures à voyager de part et d’autre de la rivière nord de Saskatchewan pour couvrir toutes les équipes post-secondaires, Hills est le reporter vers qui on se tourne à Postmedia à Edmonton pour tout ce qui a trait au sport amateur. Bien qu’il soit habituellement le seul reporter dans les nombreuses mêlées d’après-match, Hills continue de les couvrir, année après année.

“Je ne suis pas spécialement fan d’un sport plutôt que d’un autre. Je suis un fan de tous les sports en général,” explique Hills. “Avoir la chance de m’impliquer avec l’université d’Alberta, un programme si riche en histoires et en succès; et avec l’Université MacEwan, un nouvel acteur dans le jeu qui, petit à petit, remporte des succès et est en train de se faire une belle réputation (est vraiment gratifiant).”

edit.JPG (412 KB)

Hills est un conteur. Ses articles vont de longs éditoriaux, à des recapitulatifs de jeux en passant par des séries en avant-première, mais l’ensemble de son travail met toujours en avant les étudiants-athlètes universitaires comme nul autre ne sait le faire à Edmonton. Hills se distingue, et il se distingue au milieu de nombreuses autres personnes, par son habileté inouïe à capturer la vraie voix des athlètes. En se mettant à leur place, Hills sympatise avec les étudiants-athlètes dont il raconte les histoires, apportant un élément rééllement humain à ses articles.

“Ma grand-mère m’a dit quand j’étais plus jeune, “peu importe ce que tu fais dans la vie, fais juste ce qui te rend heureux,” se rappelle Hills. “Avec ce type de travail et ce type de carrière, tu ne vas pas gagner des millions. Tu dois le faire parce que tu aimes ça et parce que c’est ta passion.”

Prix

La reconnaissance des étudiants-athlètes U SPORTS s’étend au numérique

Kaitlin Jingco