Basketball Féminin Nouvelles

Basketball Féminin

Danielle Boiago, de McMaster’s, nommée Joueuse de l’année

L’équipe U SPORTS

VICTORIA (U SPORTS) – Danielle Boiago, garde de cinquième année, des Marauders de McMaster, a été nommée Joueuse de basketball de l’année U SPORTS 2017 mercredi soir.

Boiago, une étudiante en kinésiologie de Hamilton, Ont. est la première athlète des Marauders à recevoir le prix Nan Copp (Joueuse de l’année).   

Les autres récipiendaires de prix U SPORTS annoncés lors de la Remise des prix des étoiles canadiennes sont : la garde de Winnipeg, Antoinette Miller, Joueuse défensive de l’année ; la garde de Regina, Kyanna Giles, prix Kathy Shields (Recrue de l’année) ; le chef de banc de Queen’s, Dave Wilson, prix Peter Ennis (Entraîneur de l’année) ; l’avant d’Acadia, Katie Ross, prix Sylvia Sweeney (Services communautaires) ; et la garde de McMaster, Vanessa Pickard, prix Tracy MacLeod (Courage dans l’adversité). 

Le tournoi des 8 finalistes du basketball féminin U SPORTS ArcelorMittal Dofasco 2017 prendra son envol le jeudi 9 mars à l’Université de Victoria. Les demi-finales seront diffusées en direct sur Sportsnet 360 et SN NOW le samedi 11 mars à 17 h et à 19 h HE ; la finale sera présentée dimanche 12 mars à 16 h (HE). Les autres matchs du tournoi seront disponibles pour le streaming en ligne à USPORTS.LIVE.

 

PRIX NAN COPP (Joueuse de l’année) : Danielle Boiago, McMaster 

Danielle Boiago a démontré son potentiel dès sa première saison, remportant le titre de Recrue de l’année du SUO Ouest en 2013 et étant sélectionnée à l’équipe des Recrues U SPORTS. Elle a été nommée à l’équipe des étoiles à chacune de ses quatre saisons subséquentes, accédant à la deuxième équipe en 2014 avant de procéder à la première équipe pour trois années consécutives. 

En 2017, elle est devenue la quatrième athlète seulement à remporter à la fois le titre de Joueuse de l’année du SUO et de Joueuse défensive de l’année — la toute première Marauder à réussir cet exploit. Boiago était alors la première joueuse de McMaster à remporter Joueuse de l’année depuis que Lindsay Degroot avait répété l’exploit à deux reprises au sein du SUO Ouest, en 2007 et 208, et la première récipiendaire Mac du titre de Joueuse défensive de l’année depuis Rachel Hart en 2008. 

Le rythme de 25,5 points en 40 minutes de Boiago était le plus haut du SUO cette saison, alors que ses totaux de 81 aides et 51 trois-points l’ont classée au troisième rang de la conférence. 

Elle a complété sa saison régulière en carrière comme meilleure compteuse à vie de McMaster avec un total de 1 719 points qui la place au troisième rang de l’histoire du SUO. Elle a également dominé le livre des records avec 250 vols de ballon, terminé au second rang au niveau des aides (297) et au troisième rang pour les rebonds (603).

Boiago devient la première lauréate du prix Nan Copp de McMaster.

« Danielle a apporté des améliorations à son jeu des deux côtés du terrain, chaque année, au cours de sa carrière », a indiqué l’entraîneure-chef de McMaster, Theresa Burns. « Ce que nous voyons aujourd’hui est le résultat de sa passion pour le jeu et de son incroyable éthique de travail : c’est une joueuse complète, une joueuse spéciale qui peut dominer dans toutes les catégories statistiques. Elle a été une leader accomplie et je suis heureuse qu’elle reçoive un tel hommage. »

Les autres candidates au titre étaient les gardes Antoinette Miller de Winnipeg, Jane Gagné de Laval, et l’avant Alison Keough du Cap Breton.

 

JOUEUSE DÉFENSIVE de l’année : Antoinette Miller, Winnipeg 

 din0z2i8b3s6pyrr.jpg (22 KB)


Antoinette Miller, des Wesmen de l’Université de Winnipeg, est nommée Joueuse défensive de basketball féminin 2016-17 U SPORTS. 

La garde de 5-pieds-6 de quatrième année de Phoenix, Arizona a terminé la saison régulière 2016-17 de Canada Ouest parmi les meilleures de la ligue, aussi bien à l’offensive qu’à la défensive. Son jeu acharné aux deux bouts du terrain a joué un rôle primordial qui a permis aux Wesmen de finir la saison régulière avec une fiche de 18-2 et en tête de la conférence Canada Ouest au basketball féminin. Elle a terminé la saison régulière avec 72 vols de ballon (troisième au pays) et grandement contribué à la défensive dévastatrice qui a permis à Winnipeg de compter une moyenne de 60,7 points par match, tout en limitant ses adversaires à une moyenne de lancers de 37,6. Miller a également été une force majeure du côté offensif, terminant la saison en quatrième place au pays, avec une moyenne de 18,7 points par match, et au premier rang Canada Ouest avec 76 aides.   

« Nous sommes très fiers à l’Université de Winnipeg qu’Antoinette ait été reconnue comme la Joueuse défensive de l’année U SPORTS », de dire l’entraîneuse-chef des Wesmen, Tanya McKay. « Antoinette est une compétitrice fantastique, elle est très active aux rebonds et en défense qui mérite tout à fait cet honneur. Antoinette joue avec passion, avec cœur et cela a contribué à rehausser le jeu de ses coéquipières tout au long de l’année. »   

Les autres candidates au titre étaient la garde Danielle Boiago de McMaster, les centres Alex Kiss-Rusk de McGill, et Katelyn Mangold de UNB.

 

PRIX KATHY SHIELDS (Recrue de l’année) : Kyanna Giles, Regina 

 2x7jlgqwdc2swuyp.jpg (30 KB)


Kyanna Giles est reconnue Recrue de l’année U SPORTS après une saison renversante pour l’équipe de l’Université de Regina qui se présentera au championnat national, ce weekend, classée 5e avec une fiche de 32-4 au total.    

Giles a terminé en deuxième place de l’équipe des Cougars au pointage, avec une moyenne de 12,9 points par match et la meilleure moyenne de l’équipe aux rebonds avec 7,3 par match, aussi bien qu’aux vols de ballon. Elle a éclipsé la barrière des 20 points à trois reprises en jeu de conférence, incluant son record de saison de 25 points dans une victoire à Brandon.   

Également nommée à une troisième équipe d’étoiles Canada Ouest cette saison, Giles se joint à Andrea Gottselig (1996) comme seules joueuses de l’histoire de l’U de R à recevoir le prix Kathy Shields à titre de Recrue de l’année U SPORTS. Giles, inscrite à la faculté des arts, avait été la joueuse vedette de l’école secondaire Sisler à Winnipeg avant de fréquenter l’Université de Regina. Elle avait été nommée meilleure joueuse du secondaire au Manitoba par le Winnipeg Sun en 2014, 2015, et 2016. 

 « Il est rare qu’une recrue puisse commencer et s’avérer l’une des meilleures compteuses et « capteuses » de rebonds au sein d’une équipe qui s’est classée parmi les quatre meilleures au pays toute l’année », de faire remarquer l’entraîneur-chef de Regina, Dave Taylor. « Ça témoigne de son grand talent. Nous la faisons jouer à quatre différentes positions sur le terrain et elle demeure la recrue la plus efficace que j’aie connue au cours de mes 11 années ici. »

Les autres candidates étaient les gardes Jenna Mae Ellsworth de l’UIPE, Kayah Clarke de Windsor, et Caroline Task de Concordia.

 

PRIX PETER ENNIS (Entraîneur de l’année) : Dave Wilson, Queen’s 

 vo35p3yngebkhtt3.jpg (18 KB)


Dave Wilson est le premier entraîneur de Queen's à recevoir le prix Peter Ennis depuis l’inauguration du trophée en 1977-78. Dans sa 35e année comme entraîneur en chef et sa 36e  avec le programme, Wilson a guidé les Gaels vers sa meilleure fiche à vie de 18-1 en jeu de conférence, terminant la saison avec une médaille d’argent du SUO à domicile, à Kingston. L’équipe a également atteint un sommet de son programme dans le classement national, s’emparant de la 3e place au sondage des entraîneurs. Queen's avait l’une des meilleures escouades défensives au pays, avec la meilleure moyenne nationale de 12.4 vols de ballon par match tout en limitant ses adversaires à 23.5 % de réussite des tirs de trois points, bon pour une deuxième place au pays. Wilson a été nommé entraîneur de l’année du SUO à quatre reprises et se présente au tournoi des 8 finalistes avec 352 victoires en carrière. Et, qui plus est, en 36 ans avec Queen’s, le taux de graduation des étudiants-athlètes de Wilson est de 100 %.     

« Queen's est extrêmement fier de Dave Wilson et de ses multiples contributions envers l’université et le basketball féminin », de dire Jeff Downie, directeur exécutif intérimaire - sports et récréation. « Dave continue de promouvoir son programme et d’inciter ses athlètes à être à leur meilleur, non seulement dans le gymnase mais aussi dans leurs classes. Le personnel entraîneur et les athlètes sont une source de grande fierté et d’inspiration pour tous ceux qui fréquentent Queen’s. »    

Les autres candidats étaient Guillaume Giroux de Laval, Tanya McKay de Winnipeg, et Scott Munro de Saint Mary’s.

 

PRIX SYLVIA SWEENE (Services communautaires) : Katie Ross, Acadia 

 3s317jmtl96t9qrz.jpg (25 KB)


Katie Ross, étudiante de quatrième année, des Axewomen d’Acadia, est la lauréate 2016-17 du prix Sylvia Sweeney pour l’étudiante-athlète s’étant démarquée par ses services communautaires.   

L’étudiante en kinésiologie, de Bedford, N.É., est une étoile académique canadienne pour la quatrième fois. 

Elle donne de son temps comme bénévole au Centre de réhabilitation cardiaque d’Annapolis Valley et est très impliquée dans les programmes Kinderskills et Rec Buddies. 

Ross est également active au sein du programme S.M.I.L.E. (Sensory Motor Instructional Learning Experience) d’Acadia, travaillant avec des enfants atteints d’autisme sur la stimulation des capacités motrices, cognitives et sociales.  

Sur le plancher, Ross a fait partie de la formation partante dans 16 matchs pour les Axewomen cette saison, avec une moyenne de 8,3 points et 5,1 rebonds par match. 

Elle est aussi l’une des rares étudiantes-athlètes qui évoluent dans deux sports du SUA puisqu’elle fait aussi partie de l’équipe de soccer féminin d’Acadia.   

« Katie est une candidate exceptionnelle au prix Sylvia Sweeney pour le dévouement communautaire » de dire l’entraîneur en chef du basketball des Axewomen, Len Harvey. « Elle est l’étudiante-athlète la plus extraordinaire que j’aie eu le plaisir d’entraîner au cours de ma carrière comme adjoint et comme entraîneur-chef à ce niveau. »     

« Non seulement trouve-t-elle le moyen d’évoluer dans deux sports, d’exceller et d’être partante au soccer aussi bien qu’au basketball à Acadia, mais elle maintient une parfaite MPC de 4,0 dans un programme académique très exigent, tout en faisant un plus grand nombre d’heures de bénévolat que quiconque dans notre équipe. Elle est l’une des principales leaders dans notre vestiaire et l’amie de tout le monde qu’elle rencontre. » 

Ross devient seulement la deuxième récipiendaire SUA du prix, à la suite d’Ainsley MacIntyre qui l’avait obtenu la saison dernière.  .

Les autres candidates étaient l’avant Jennifer Silver de McGill, les gardes Nicole DiDomenico de Ryerson, et Jenna Krug de Victoria.

 

PRIX TRACY MacLEOD (Courage dans l’adversité) : Vanessa Pickard, McMaster 

 xn20ocwya183uoj9.jpg (14 KB)


Pickard a amorcé sa carrière avec les X-Women de St. Francis Xavier ; elle a été nommée Recrue de l’année U SPORTS dès sa première année avec le programme en 2012. Alors que tout au long de sa deuxième saison une blessure semblait suivre l’autre, Pickard est revenue au sein des X-Women en troisième année avant de finalement décider de se retirer et de compléter son baccalauréat.   

Acceptée au programme de maîtrise en kinésiologie à McMaster, en 2015, Pickard est revenue au jeu pour sa quatrième année, cette fois avec les Marauders. Mais le mauvais sort s’acharnait sur elle : voilà qu’elle a subi une blessure au genou lors d’un match hors conférence — blessure qui l’a forcée à manquer la saison entière, y compris les éliminatoires. 

Prévoyant un retour à l’automne 2016, Pickard a essuyé une série de revers qui l’ont tenue à l’écart du jeu jusqu’à la pause de Noël alors qu’elle est revenue aider les Marauders à s’emparer du titre au tournoi des Thunder Selects à Halifax. Elle a complété la saison régulière du SUO à raison de 12 matchs et fait preuve de son efficacité offensive avec une moyenne de 23,8 points en 40 minutes de jeu, la plaçant au quatrième rang de la conférence. 

Pickard devient la deuxième Marauder à obtenir le prix Tracy McLeod, après l’ancienne joueuse Rachel Hart qui l’avait obtenu en 2008.

« Vanessa est une personne très mûre. Elle se concentre sur ce qu’elle peut contrôler et consacre ses efforts à 100 pour 100 au processus », a déclaré Burns. « Elle a été très positive et a offert un leadership remarquable à ses coéquipières même lorsqu’elle ne jouait pas. Lorsqu’elle est revenue au jeu, c’était comme si elle n’avait rien manqué, ce qui témoigne de sa grande intelligence et de son talent. J’ai une grande admiration pour son courage et sa persévérance. »

Les autres candidates étaient la garde Jane Gagné de Laval, les avants Paige Thomson de Victoria, et Brooklynn Wright de Memorial.

 

Basketball Féminin

Les Rams et les Ravens classés au premier rang, Calgary et Laval obtiennent leurs laissez passer

L’équipe U SPORTS