Basketball Féminin Nouvelles

Basketball Féminin

Kalashnikoff de Vikes relève de nombreux défis en tant qu'athlète multisports

Ronny Musikitele

En arrivant à l’université, Roza Kalashnikoff ne pensait pas avoir les qualités nécessaires pour être une étudiante-athlète.

Quatre ans plus tard, elle a eu la chance de faire partie de deux équipes universitaires pour les Vikes de Victoria. Rameuse depuis deux ans et demi, Kalashnikoff se trouve actuellement au milieu de sa première saison au sein de l’équipe féminine de basketball des Vikes.

“Mes deux parents m'ont encouragée à essayer de faire partie de l'équipe d'aviron ainsi que de l'équipe de basketball, et de voir ensuite ce qui allait se passer”, a déclaré Kalashnikoff. "Ils ont été très importants pour ma carrière, et ils me soutiennent beaucoup."

Chaque automne, les rameurs des Vikes recrutent des étudiants qui, selon eux, pourraient convenir à l'équipe. Au cours de sa première semaine d’école, Kalashnikoff, qui mesure six pieds de haut et est originaire de Vernon en Colombie-Britannique, a été rapidement remarquée par une athlète d’aviron, du fait de sa silhouette athlétique. Même si elle n’avait que peu de connaissances de ce sport, avec les encouragements de ses parents, Kalashnikoff a décidé de s'y essayer.

“Elle a commencé en tant que novice et a été l’une des meilleures novices de son année. Elle a été plusieurs fois rameuse pour la première équipe universitaire, et d’autres fois rameuse pour la seconde équipe”, a déclaré Rick Crawley, l'ancien entraîneur-chef des Vikes, et ancien athlète olympique, qui a pris sa retraite en avril 2018 après une carrière de 35 ans passée à la barre du programme de Victoria. “Elle a rapidement relevé le défi, car elle avait déjà bien entamé sa troisième année d'aviron lorsqu'elle s’est remise au basketball. Elle était déjà en compétition pour une place dans l’équipe universitaire.”

Alors que ses performances en aviron ne cessaient de progresser, Kalashnikoff a tenu à remercier York Langerfield, l’entraîneur adjoint des Vikes, pour l’avoir énormément aidée et aussi constamment encouragée. En 2016, les efforts de Kalashnikoff ne sont pas passés inaperçus : elle a été récompensée du prix de novice de l’année, et s’est méritée une place au tableau d’honneur des Vikes, ainsi qu’une médaille d’argent aux Championnats canadiens d’aviron universitaire dans la catégorie du huit féminin.

36553442140_8093abc6a7_k.jpg (617 KB)

“Cela a été énorme pour moi”, a déclaré Kalashnikoff. “Je ne m'attendais pas à être choisie cette année-là. Je n’avais pas vraiment tout ce qu’il fallait pour appliquer, mais les entraîneurs ont pensé que je pouvais être la bonne candidate. Cela a été incroyable de faire partie de tout ça, d’aller en Ontario (pour les championnats nationaux à Welland), et de représenter mon école.

"Ėtant donné que je ne connaissais rien à ce sport ... j'ai juste essayé d’en apprendre le plus possible et de faire autant de choses que je le pouvais",  a-t-elle ajouté.

 

"Les entraîneurs ont été super. Avoir un passé de sportive et prendre du plaisir à être en forme a aussi aidé. Mais j’ai réalisé que ce n’était pas mon sport, (même si) j’ai beaucoup apprécié l’opportunité d’avoir pu être là.”

Roza Kalashnikoff

La passion de Kalashnikoff a toujours été le basketball. Cependant, étant donné qu’elle venait d’une petite école secondaire, elle n’a pas eu la chance de pouvoir jouer en compétition avant sa 10e année, et a plus souvent joué dans des matchs intra-muros.

Mais une fois arrivée à l’UVic, Kalashnikoff a été remarquée par l’entraîneur-chef Dani Sinclair. Vu qu’elle avait encore des choses à prouver en basketball, elle a décidé de s’y essayer de nouveau et a réussi à rejoindre l’équipe. Elle vient à ce propos juste de terminer sa saison en tant que recrue avec l'équipe des Vikes, qui accueillera Fraser Valley dans un match de participation de Canada Ouest vendredi soir.

"Je pensais qu'avec le temps, elle allait pouvoir progresser davantage, mais, en y repensant, il était aussi évident, qu'à un moment donné, elle n’avait plus la tête à ça", a déclaré Crawley, au sujet de la décision de Kalashnikoff de retourner sur les terrains de basketball. "Je pense que le basketball a de la chance de l’avoir; c’est une athlète travailleuse et dévouée, qui a en plus bénéficié de l’amélioration de sa condition physique que lui a procuré la pratique de l’aviron. L’équipe de basketball a en son sein une personne très gentille, qui a un esprit d’équipe positif."

L'éthique du travail de Kalashnikoff parle d'elle-même. Sa compétitivité lui a permis de faire partie de deux équipes universitaires dans des sports pour lesquels elle n’avait que peu d'expérience. Plus jeune, elle a joué au soccer, au volleyball, et elle a aussi fait de la natation. Son parcours sportif a porté ses fruits au cours de sa carrière universitaire, et lui a permis d'être prête à concourir dans n'importe quel domaine.

“Mes compétences et mon expérience sont moins nombreuses que celles des autres, alors j’ai l’impression que je dois travailler plus fort“, a-t-elle expliqué.

42984726360_2562f1caa2_k.jpg (744 KB)

"J'aime l'idée que, dans le sport, il n'est pas nécessaire d'avoir le plus de compétences, on peut essayer de faire de son mieux ou de travailler de son mieux, et obtenir de bons résultats. J'essaie de penser à ça pendant que j'apprends des choses nouvelles." 

Roza Kalashnikoff

Passer de l'aviron au basketball n’a pas été chose facile. Kalashnikoff a eu du mal à contrôler cette transition dans les débuts, après être passée d'un sport qui réclame une forme physique générale, à un sport qui se joue balle en main. Mais sa nature compétitive lui a permis de progresser rapidement.

“L'aviron est un sport plus individuel dans le sens qu'il se passe plus dans votre tête. En passant au basketball, j’ai apprécié le fait qu’on puisse encourager ses coéquipiers à chaque match, et avoir plus d’interactions. Pendant les courses d’aviron, vous ne pouvez pas vraiment parler à vos coéquipiers, donc en revenant au basketball, j’ai aimé pouvoir aider mon équipe à progresser et j’aime encourager mes coéquipières.”

Alors qu’elle réapprend à jouer à un sport qu’elle adore, Kalashnikoff saisit toutes les opportunités qui s’offrent à elle; elle souhaite ardemment continuer à apprendre de ses entraîneurs et de ses coéquipières, et elle laisse un souvenir d’elle positif à toutes les personnes avec lesquelles elle a joué.

45775670461_cc08f0133e_k.jpg (1.00 MB)

“Roza a réussi son retour vers le basketball. Non seulement elle est une athlète incroyable, mais son éthique de travail et sa compétitivité sont inégalées”,

Dani Sinclair - l’entraîneur-chef à UVIC

“Roza a rendu meilleures toutes les personnes qui l'entourent, et elle est un membre important de notre programme.”

“Ce qu’elle aime le plus dans le basketball, c’est qu’il existe énormément d’opportunités d’avoir un impact sur le jeu, et c’est une chose que Roza démontre à chaque fois qu’elle a la possibilité de jouer. Que ce soit pendant les matchs ou à l’entraînement, elle entre en compétition et travaille à haut niveau."

Un niveau qui lui a permis de rejoindre plusieurs équipes universitaires, alors même qu’elle ne pensait pas être assez talentueuse pour en rejoindre une seule.


Ronny_Musiketele.png (591 KB)

Ronny is a sports business management student at Humber College. He earned his bachelor’s degree in communication studies from Carleton University. His career includes writing for BasketballBuzz Magazine, Canada Basketball, the Nike Crown League and more. He hopes to inspire and empower student-athletes through his storytelling.

 

 

Follow Ronny on Twitter: @RonnyMusikitele 

Articles: