Soccer Féminin Nouvelles

Soccer Féminin

Lapointe, survivante du cancer et championne sur le terrain et ailleurs

Alana Thoman

Gabrielle Lapointe ne bat non seulement les équipes sur le terrain, elle montre également la porte au cancer de l’ovaire.  

Sans cancer depuis maintenant cinq ans, la vétérante de cinquième année de l'équipe de soccer féminin de l'Université Laval a été diagnostiquée le 3 novembre 2012, deux jours avant le début de sa carrière au CEGEP. 

Lapointe n'a pas eu à faire de traitements, mais a subi une chirurgie pour enlever le cancer suivi d’une période de convalescence de deux mois.  Elle a pu jouer sa saison comme d'habitude.

« Cela a changé ma perspective sur la vie. Tout ce qui m'arrive par la suite n'est pas si grave », a déclaré Lapointe.  « Je me dis que tout ira bien ... Je pourrai toujours faire ce que je veux, alors ça aide à passer à travers les choses. » 

Malgré cet obstacle, Lapointe a connu un immense succès au cours de la dernière année. L'étudiante en médecine a été choisie comme candidate de la RSEQ au top-huit académique canadien pour la saison 2015-2016.

Cette reconnaissance est accordée aux athlètes étudiants U Sports qui maintiennent une moyenne de 80% ou plus au cours de l'année scolaire, tout en faisant partie d’une ou de plusieurs équipes universitaires de leur école. 161215_Cancer_survovr_Lapointe_sidebar.jpg (32 KB)

Le 8 novembre, Lapointe et les autres récipiendaires ont été honorés à Rideau Hall, à Ottawa, par le gouverneur général David Johnston, lors de la présentation de la quatrième Mention d’honneur du gouverneur général pour l’excellence sportive et académique. Elle est la première du Rouge et Or à remporter ce prix depuis la joueuse de rugby Marie-Pier Pinault-Reid en 2012.

« C'est une excellente façon de conclure ma carrière universitaire, sachant que ça n’a pas été facile pendant ma cinquième année, » a déclaré Lapointe.  « Mais je l'ai fait. » 

En complétant son doctorat, Lapointe a maintenu une moyenne impressionnante de 4,09 sur 4,33 l'année dernière.  En avril, elle a également reçu le Prix Jean-Marie de Koninck du mérite académique lors du banquet sportif du Rouge et Or.

Sur le terrain, Lapointe a été nommée la vedette du tournoi le mois dernier, alors que l’athlète originaire de Montmagny au Québec a mené le Rouge et Or à un titre national au championnat de soccer féminin de SIC, la deuxième bannière de l'équipe en trois ans.  En 2015, Laval a également remporté la médaille de bronze du Championnat national.

« Nous avons vraiment un bel esprit d'équipe et nous nous connaissons depuis au moins 10 ans. Nous avons trimé dur ensemble et je pense que c'est ce qui nous rend si fortes », a déclaré Lapointe.  

Lapointe a également été honorée en étant nommée à la première équipe d'étoiles de la RSEQ et a représenté le Canada à Gwangju, en Corée du Sud, dans le cadre des Universiades de 2015 où l’équipe a terminé quatrième, son meilleur résultat de l’histoire. 

Son succès sur le terrain et dans la salle de classe ne passe pas inaperçu par son entraîneure-adjointe Marie-Pier Bilodeau, qui l'a vue se développer au cours des neuf dernières années. 

« Je pense que Gab est ce qu’on appelle une étudiante-athlète, et le mot « étudiante » passe en premier, donc elle est un excellent exemple de cela », a déclaré Bilodeau.  « Elle est évidemment une meneuse importante pour nous sur le terrain, mais en tant qu’étudiante, elle est étonnante;  elle est meilleure que quiconque. » 

Bilodeau a déclaré que de diriger une joueuse comme Lapointe, qui est technique, physique et étonnante dans la salle de classe est quelque chose de très rare.

« Je dirais honnêtement qu'elle est douée, » a dit Bilodeau.  « Quand elle a la balle aux pieds, c'est comme de la magie pour elle, elle n'a pas besoin de travailler aussi fort pour faire bouger les choses. » 

Lapointe a déclaré que son succès dans ces deux domaines n'aurait pas été possible sans l'aide de la faculté de médecine de Laval et de ses entraîneurs, qui l’aident à organiser son horaire de façon à ce qu’elle puisse assister aux pratiques et aux parties.   

« Ils acceptent que je manque certaines choses parfois ou que je sois en retard.  C’est en bonne partie pour cette raison que j’ai pu réussir, » a dit Lapointe.  « C'est aussi parce que j'aime ce que je fais. » 

Quand Bilodeau s’attarde au succès de Lapointe, elle dit qu'il est important qu'elle ait l’esprit lucide quant à son avenir. 

« Ce qui est bien avec elle, c’est qu’elle joue au soccer pour le plaisir et elle est incroyable,» a déclaré Bilodeau.  « Mais elle sait également que ses études sont importantes et c'est là qu’elle concentre son attention. »