Basketball Féminin

Hockey Masculin Nouvelles

Hockey Masculin

Les Fêtes à la maison : les Britano-colombiens Jason Fram et Cain Franson sont de retour pour mener l’équipe d’étoiles de hockey masculin U SPORTS

Lucy Fox

C’est une tradition canadienne bien établie pendant les Fêtes: encourager Équipe Canada au Championnat mondial de hockey junior de l’IIHF. Tous les Canadiens au pays célèbrent le tournoi qui dure du lendemain de Noël jusqu’au Nouvel An.

Pour Jason Fram et Cain Franson, des coéquipiers U SPORTS, le tournoi marque également la période de l’année où ils doivent mettre leurs compétences à l’épreuve contre les nouvelles étoiles du Canada dans la série annuelle.

«Ça donne une autre perspective sur le niveau de talent de certains de ces jeunes (juniors). J'ai probablement affronté certains de ces jeunes quand j’ai joué dans la ligue de hockey de l'Ouest. Beaucoup d'entre nous connaissent plusieurs gars qui ont joué dans cette équipe », a déclaré Fram, défenseur de troisième année des Golden Bears de l’Alberta et défenseur U SPORTS de l’année. «Pour ma part, Nick Petan (attaquant des Jets de Winnipeg) et Curtis Lazar (des Flames de Calgary), qui ont mon âge, ont fait partie de cette équipe. Lorsque vous vous retrouvez sur la même glace que toute une équipe aussi bonne, c’est étonnant de voir à quel point tous ces jeunes sont talentueux. Je pense que ça nous fait apprécier notre place et nous oblige à travailler beaucoup plus fort. »

Cette année, les deux feront figure de vétérans de l’équipe, après avoir été sélectionnés pour l’équipe d’étoiles U SPORTS pour la deuxième année consécutive. L'année dernière, le duo a joué un rôle clé. Fram a inscrit trois points dans la série de deux matchs, y compris le but gagnant avec 6,5 secondes à faire au deuxième affrontement. Le but a permis à U SPORTS de remporter deux victoires consécutives contre les espoirs de l’équipe du Mondial junior, ce qui n’était jamais arrivé auparavant.

Cain_Franson.jpg (363 KB)

J’ai l’impression que la série elle-même prend de l’ampleur à chaque année. Le hockey ne cesse de croître. 

Franson

Cette année, la série est tout aussi excitante pour les deux hommes et ils ont hâte de participer à la préparation d’Équipe Canada qui défendra sa médaille d’or de l’année dernière.

«J’ai l’impression que la série elle-même prend de l’ampleur à chaque année» indique Franson, l’attaquant de cinquième année des Dinos de Calgary. «Le hockey ne cesse de croître. »

Cette édition offre l’avantage supplémentaire de jouer dans un environnement familier, les deux joueurs étant originaires de la Colombie-Britannique. Vancouver et Victoria sont les villes hôtes du tournoi mondial junior de cette année. Comme beaucoup de joueurs de hockey, Fram et Franson se souviennent d’avoir grandi en regardant l’événement - un aspect de la série des étoiles qui leur est familier.

«Je me souviens d’une année en particulier (2007), quand ils ont affronté les États-Unis et qu'ils se sont rendus en fusillade et que ça avait duré longtemps», a déclaré Fram, originaire de la banlieue de Delta, en Colombie-Britannique, rappelant la performance de la vedette des Blackhawks de Chicago, Jonathan Toews, qui a marqué trois fois dans la compétition d’habiletés. « C’est un souvenir très vif pour moi. »

Pour Franson, l’équipe de 2007 est encore plus importante: son frère aîné et ancien joueur de la LNH, Cody Franson, faisait partie de l’équipe.

«J'avais 13 ou 14 ans quand il a joué, alors j'étais assez jeune», raconte Franson. «Mais je me souviens que ma famille suivait ça de près et regardait tous les matchs. Ça se passait en Suède, donc c’est une expérience et un souvenir que j'ai toujours gardés parce que c'était quelque chose d'assez spécial qui se passait à cette époque de ma vie. »

Ce n’est pas une équipe formée seulement dans notre division, ce sont toutes les universités du Canada, alors c’est un grand honneur, un grand accomplissement.

Pour Franson, l’équipe de 2007 est encore plus importante: son frère aîné et ancien joueur de la LNH, Cody Franson, faisait partie de l’équipe.

«J'avais 13 ou 14 ans quand il a joué, alors j'étais assez jeune», raconte Franson. «Mais je me souviens que ma famille suivait ça de près et regardait tous les matchs. Ça se passait en Suède, donc c’est une expérience et un souvenir que j'ai toujours gardés parce que c'était quelque chose d'assez spécial qui se passait à cette époque de ma vie. »

Les succès de son frère dans l’équipe du Mondial junior sont des souvenirs qui habitent Franson durant la série des étoiles chaque année. En particulier, il se souvient de la fois où son frère avait presque marqué un but.

« On aurait dit qu'il avait marqué (mais) en fait, il a obtenu une aide », explique Franson, qui, comme son frère aîné, a joué pour les Giants de Vancouver de la WHL pendant toute sa carrière junior majeure. «Il a tiré de la pointe et son tir a été dévié et je me souviens que la maisonnée a explosé de joie… Dans notre petite ville de Sicamous, en Colombie-Britannique, il y avait (probablement) près de 100 personnes chez moi, alors c'était un assez grand un événement. »

Jason_Fram_2.JPG (659 KB)

Les deux étudiants-athlètes, maintenant au début de la vingtaine, sont conscients de la chance qu’ils ont de jouer contre la prochaine génération de Fransons, Toews et Crosbys.

«En grandissant, on a idolâtré ces gars-là, on les a observés, et tout à coup, on a le même âge qu’eux», explique Fram. « Et soudainement, on est plus âgés qu'eux, mais on joue avec ces gars-là pour les aider à se préparer pour un tournoi qu’on a regardé à chaque année durant notre jeunesse. »

...que mes parents puissent venir regarder quelque chose comme ça, cela signifie beaucoup pour moi et je sais que cela signifie beaucoup pour eux. 

De plus, le fait de pouvoir faire équipe avec les meilleurs joueurs U SPORTS de la nation, dans leur province d’origine, rend cette expérience encore plus formidable.

«Ce n’est pas une équipe formée seulement dans notre division, ce sont toutes les universités du Canada, alors c’est un grand honneur, un grand accomplissement», a déclaré Franson. « Mais ... c'est une expérience que peu de gens ont la chance d’avoir, alors je compte en profiter et en tirer le plus de leçons possible. »

Bien qu’il y ait cinq autres joueurs qui soient de retour dans l'alignement des étoiles cette année, dont Cole Sanford, de Coldstream, en Colombie-Britannique, qui joue comme attaquant pour l’Université de l'Alberta et qui a marqué quatre points en décembre dernier, ainsi que Holden Cook, de StFX, qui participe pour la troisième année consécutive, il y a également des nouvelles recrues avec lesquelles ils ont hâte de jouer. Franson a souligné que Kohl Bauml, Carson Stadnyk et Collin Shirley formaient un trio à l’Université de la Saskatchewan qu’il a vu tout au long de la saison et qu’il a apprécié regarder.

Avec la série qui se jouera à Victoria cette année, les deux espèrent que certains de leurs plus proches supporters seront présents. Franson souhaite que certains de ses amis d’enfance assisteront aux parties. Pour Fram, c’est une chance pour sa famille de le voir en action, chose qu’ils n’ont pu faire l’année dernière lorsque l’événement a eu lieu à St. Catharines, en Ontario.

«Évidemment, on n’a pas toujours la chance de jouer dans ces genres de parties dans des endroits près de chez nous. Mes parents voulaient venir l’année dernière, mais c’était un peu difficile et ils n’ont pas pu le faire. Donc, pour moi, que mes parents puissent venir regarder quelque chose comme ça, cela signifie beaucoup pour moi et je sais que cela signifie beaucoup pour eux. »


Lucy_Fox.png (913 KB)Lucy est étudiante de cinquième année au baccalauréat en études des médias de l'Université de la Colombie-Britannique. Auparavant, elle était stagiaire en communication avec les Whitecaps de Vancouver et la responsable des médias sociaux pour la classique Pat Quinn, un tournoi de hockey local à Vancouver. Depuis 2017, elle est la rédactrice des sports du journal du campus, The Ubyssey, et a été laureate du prix de l’article de l’année 2017-2018 présenté par le Globe and Mail.